0
0
0
s2sdefault

Invisible mais omniprésente, la pollution des anciens sites miniers a des conséquences très dangereuses pour ceux qui s'y exposent. Quelles sont-elles ? Que fait l'Etat ?

Le territoire français est traversé d’une longue histoire minière, parfois depuis les gallo-romains. Mais aujourd'hui, cette histoire ressort des terres et se révèle anxiogène pour la population qui vit sur ces terres durablement polluées. Les mines fermées depuis le 17ème siècle ne font pas exception. De la Bretagne à l’Ariège, en passant par le Nord ou le Limousin, les chercheurs estiment que cette pollution concerne près de 3 500 sites miniers.

Salsigne (Aude), l'ancienne plus grande mine d’or d’Europe semble inoffensive sans l’œil exercé de Fréderic Ogé, chercheur au CNRS et riverain du site :

"Avant, c'était une vallée. Maintenant, c'est une fausse colline de 10 millions de tonnes de déchets, dont 5% extrêmement toxiques au cyanure, à l'arsenic, au cadmium... De l’autre côté, 800 000 tonnes de déchets toxiques dont 15 à 20 % donnent une résurgence orangée à 5 km, avec 400 fois la dose admissible d’arsenic qui repart dans la nature. Il y a aussi des pollutions aériennes : le vent emporte l’arsenic. _Il y a de quoi empoisonner quelques dizaines de millions de personnes_".

Lire et écouter la suite ici 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir