Montagne d'Or

  • Documentaire de Michel Huet

    La France bientôt responsable d'un désastre écologique et humain en Guyane. L'avenir des peuples autochtones tourne au cauchemar. Tout en 15' pour comprendre avec "Sauvons la Forêt".

  • Manifestation des citoyens opposés au projet Montagne d'Or le 18 juin à Saint Laurent du Maroni

  • Masuwana Aluikawaï a interviewé des Guyanais au sujet des méga-projets miniers en Guyane. Voici leur position à Kourou !

  • Amandine Mawalum Galima, porte parole du mouvement Jeunesse Autochtone de Guyane : discours  prononcé le 18 juin 2018, à Saint-Laurent du Maroni 

    Mesdames et messieurs,

    Je suis venue à vous en tant que porte parole du mouvement Jeunesse Autochtone de Guyane.

    Voilà plus d’un an qu’avec mes sœurs et frères nous luttons pour mettre fin à cette absurdité qu’est le projet nommé « Montagne d’or ».

    Nous avons tenté de faire valoir nos droits et notre parole, et au vu des tournures actuelles, nous avons réussi.

    amandine mawalum galima jag

  • Le projet Mine d'Or qui va extraire quelques tonnes d'or au milieu de l'Amazonie risque de coûter très cher à la biodiversité

  • Nous, Peuples Premiers de Guyane, sommes engagés dans la lignée de nos ancêtres, à la défense de nos terres, de notre eau et de notre forêt.

    Rejoignez-nous, soutenez-nous pour une Guyane qui se construit dans le respect de nos différences et nos ressemblances.

  • Les Chroniques du Maroni présente une série d’interviews de citoyens, au gré de l’actualité à Saint-Laurent-du-Maroni et dans l’Ouest. Êtes-vous Pour ou Contre le projet Montagne D'Or ? Pourquoi ?

  • Les Chroniques du Maroni présente une série d’interviews de citoyens, au gré de l’actualité à Saint-Laurent-du-Maroni et dans l’Ouest. Êtes-vous Pour ou Contre le projet Montagne D'Or ? Pourquoi ?

  • Les Chroniques du Maroni présente une série d’interviews de citoyens, au gré de l’actualité à Saint-Laurent-du-Maroni et dans l’Ouest. Êtes-vous Pour ou Contre le projet Montagne D'Or ? Pourquoi ?

     

  • Masuwana Aluikawaï a interviewé des Guyanais au sujet des méga-projets miniers en Guyane. Voici leur position au Village Espérance (#2) !

     

  • Masuwana Aluikawaï a interviewé des Guyanais au sujet des méga-projets miniers en Guyane. Voici leur position à Saint Georges !

  • Masuwana Aluikawaï a interviewé des Guyanais au sujet des méga-projets miniers en Guyane. Voici leur position au Village Espérance !

  • Masuwana Aluikawaï a interviewé des Guyanais au sujet des méga-projets miniers en Guyane. Voici leur position à Macouria !

     

  • L'artiste Slickyone est contre le projet Montagne d'Or 

     

  • Le groupe de Heavy Metal Carnage nous dédie sa dernière composition

  • Incohérence du projet de mine d’or « Montagne d’or » en Guyane avec les engagements de la France en matière d’environnement

    Fabien Gay QE Montagne d or page 001

  • An-Val nous dédie sa dernière composition... cadeau !

  • 16 18 JUIN

    16 18 juin

     
  • 16 18 JUIN

    16 18 juin

     
  • Un webdoc réalisé par Le Tatou Production en mai 2018

     

  • Lambert Wilson était invité dans l'émission C a Vous le 4 juin 2018

     

  • Terreur Graphique dans Libé le 4 juin 2018

    Terreur Graphique

    Terreur graphique

     
  • Jadot à Cayenne

    Yannick Jadot

     

    Yannick Jadot en visite en Guyane du 3 au 7 juin 2018

    Yannick Jadot, eurodéputé EELV, a tenu à rencontrer les opposants guyanais au projet Montagne d'Or. Pour lui, c'est clair, c'est Or de Question (ici avec Marie Fleury, ethnobotaniste). Nous remercions nos amis de Guyane Ecologie pour l'organisation de cette rencontre.

  • Pour Ito Waia, c'est Or de Question

  • Guyane, on brade !!!

    Voilà quelques exemples récents de permis miniers d'exploration que la DEAL Guyane vient d'accorder à des compagnies minières étrangères ou autres obscurs consortiums d'actionnaires. Plusieurs fois dans l'année, ces attributions se répètent et particulièrement durant la torpeur estivale.

    Des concessions de dizaines de milliers d'hectares de notre pays sont accordées aux foreuses avec son lot de dégradations environnementales.

    Montagne d'Or est le projet "pied dans la porte" pour lequel le peuple guyanais doit s'opposer avec force et opiniâtreté. Sinon, ces permis d'exploration deviendront autant de mega-mines aux conséquences catastrophiques pour la santé de nos enfants !

    Reportage ATV Guyane

  • Lambert Wilson, comédien, et Yannick Jadot Yannick Jadot, député européen (EELV), tirent la sonnette d’alarme sur la Guyane. 

    Wilson Jadot

     

    Le Parisien/Illustration Elène Usdin

    Dans une tribune au Parisien - Aujourd’hui en France, Yannick Jadot, député européen (EELV), et Lambert Wilson, comédien, s’engagent contre deux projets qu’ils jugent dangereux pour la Guyane. Le premier se rend sur place cette semaine, le second y accompagnait Greenpeace le mois dernier.

    La Guyane est un morceau de France sur le continent américain. Jadis, on y envoyait nos bagnards. Aujourd’hui, des merveilles de technologies aérospatiales y prennent leur envol. Pour le reste, c’est un territoire trop souvent oublié de la République. Le revenu moyen y est de moitié celui de la métropole. Le chômage deux fois plus élevé. 

    Lire la suite ici

  • Montagne d’or, un désastre écologique et un mirage économique. 
    La preuve en chiffres, grâce à WWF France

  • Planète Outre-mer poursuit ses chroniques spéciales "Montagne d'Or". Aujourd'hui, c'est le président du parc national de la Guadeloupe et vice président de l'AFB qui s'exprime

  • Pour les Gardiens de la Terre, c'est Or de Question

    Edition 2018 de l'Appel des Gardiens de la Terre

    Cette année, le collectif Or de Question était présent à l'Appel des Gardiens de la Terre, co-organsié par Planète Amazone et la Fondation GoodPlanet. Ce fut l'occasion d'aborder le projet Montagne d'Or auprès des organisateurs et des représentants autochtones venus de toute la planète.

  • Pour l'équipe de la série Guyane, c'est Or de Question

    Tournage de la saison 2 de la série Guyane

    L'équipe a tenu à manifester son opposition au projet Montagne d'Or

  • Pour Gert-Peter Bruch, c'est Or de Question

    Gert-Peter Bruch est président de Planète Amazone

    Gert Peter Bruch, Planète Amazone

    Gert Peter Bruch

    A l'occasion de l'événement l'Appel des Gardiens de la Terre, il a tenu à réaffirmer son opposition au projet Montagne d'Or. Gert-Peter est le réalisateur du film Terra Libre. A noter que Planète Amazone est partenaire du collectif Or de Question.

  • Pour Fabien Gay, sénateur, c'est Or de Question

    Fabien Gay est sénateur de la Seine Saint Denis

    Le 18 mai 2018, il a tenu à rencontrer les porte-paroles et partenaires du collectif Or de Question pour connaître les différents enjeux sur le projet Montagne d'Or. Définitivement acquis à notre cause, il sera un soutien primordial auprès des acteurs politiques en hexagone.
    Fabien Gay mai 2018

    Fabien Gay

    Sénateur de la Seine Saint Denis
  • LogoOrQ BD 15cm HD

    15 mai 2018

    Communiqué de presse

    Durant le Débat Public, nous avons maintes fois réclamé un bilan chiffré du volume global et des teneurs en métaux lourds issus des roches non aurifères (stériles) mais aussi et surtout des résidus miniers à l'issue des 12 ans de ce projet.
     
    Un rapport « provisoire » intitulé : « Etat initial sur le milieu physique » de mars 2018, vient d'être mis en ligne sur le site de la Commission Nationale du Débat Public (7). A noter, que ce rapport n'a pas l'accréditation d'un bureau d'études indépendant sur sa couverture et les rares graphiques sont extraits du rapport SRK (mars 2017), diligenté pour analyser les carottages de prospection, qui demeure toujours introuvable jusqu’à aujourd’hui.
    La rédaction de ce document semble très majoritairement provenir de salariés du consortium Columbus et Nordgold.
     
    Une première lecture rapide nous permet néanmoins d'être interpelés par les graphiques des pages 21 à 23, provenant d'analyses de 448 échantillons de stériles. 
  • Or de Question invité sur le bateau de Greenpeace, l'Esperanza

    Samedi 12 mai, Or de Question était invité sur le bateau de Greenpeace, l'Esperanza, afin d'assister à la restitution scientifique de la découverte du récif amazonien au large de la Guyane

    ORDEQUESTION GP CAYENNE3w

  • Le projet d'une mine d'or géante gérée par un consortium russe et canadien divise la Guyane (12 mai 2018)

     

  • Panoramine est une plateforme recensant les titres miniers en France et en Outre-mer

    Voici la carte de ce qui se trame en Guyane

    Panoramine

  • Pour Lambert Wilson, c'est or de question!

    Lambert Wilson, ambassadeur de Greenpeace France

     

    L Wilson 12 mai 2018 Cayenne

     

    Lambert Wilson et Marie Fleury

    Photo prise lors de la restitution publique de la découverte du récif de l'Amazone en Guyane, Cayenne, le 12 mai 2018

  • Le projet de mine d'or en Guyane, "Ce sont des centaines d'hectares voués à la disparition (...) C'est une aberration économique (...) C'est notre Amazonie la Guyane"

    Yannick Jadot, eurodéputé Europe-Ecologie-Les Verts

     

  • Pour Lyricist, c'est or de question !

    "Or de Question" nouveau titre de l'auteur compositeur et interprète Lyricist

    La production EASY SOUND RECORDS s'associe au collectif OR DE QUESTION afin de s'opposer à la méga industrie minière das notre paradis, notre Guyane !

  • Montagne d’Or : déforestation et pollution environnementale garanties

    Le projet minier “Montagne d’Or” fait actuellement l’objet d’un débat public en Guyane française. En octobre 2017, Emmanuel Macron s’était dit favorable à la construction et à l’exploitation de cette mine d’or géante. Un positionnement à rebours des ambitions françaises en matière de protection des forêts mondiales et de lutte contre le changement climatique. Alors que le gouvernement veut mettre fin à la déforestation induite par les importations françaises, ne devrait-il pas d’abord être exemplaire sur son propre sol ?

    Lire le communiqué de Greenpeace ici

     

    86 Greenpeace 300x47

  • Isabelle Autissier : "Mon pavé 2018 je le lance sur un projet de mine d’or irresponsable en Guyane"

    La présidente de l'ONG environnementale WWF France, Isabelle Autissier, dénonce un projet de mine d’or dans la forêt guyanaise et appelle à développer le tourisme responsable.

    Isabelle Autissier, la présidente de WWF France.

    Isabelle Autissier

    Présidente de WWF France

    La présidente de WWF France et navigatrice Isabelle Autissier s’élève aujourd’hui contre un projet de mine d’or dans la forêt guyanaise. Un projet qu’elle juge "totalement irresponsable". Elle est l’invité d’Olivier de Lagarde.

  • Pour Combo, c'est Or de Question !

    Le Street Artist COMBO soutient le Collectif Or de Question

    COMBO était invité à Mana en avril 2018 afin de partager son savoir-faire auprès de lycéens de la commune. La fresque ci-dessous est à visiter sur la façade du pôle Enfance-Jeunesse. Découvrez sur Combo Culture Kidnapper les œuvres de cet artiste engagé qui utilise la rue comme théâtre d’expression. Son graph’ le plus célèbre demeure celui intitulé « Coexist ».

    Combo

  • Dans son journal interne Greenlight, Greenpeace France consacre 4 pages au Collectif Or de Question et sa luttre contre le projet Montagne d'Or

    Greenlight mai2018 GPF page 001

  • Réunoin publique dinformation 2

  • AVIS SUR LE DROIT À UN ENVIRONNEMENT SAIN DANS LES OUTRE-MER : LA QUESTION DES ACTIVITÉS EXTRACTIVES EN GUYANE ET EN NOUVELLE-CALÉDONIE

    Outre-mer : un nouvel avis, relatif à un environnement sain a été adopté le 17 octobre par la Commission nationale consultative des droits de l'homme. Cet avis s'inscrit dans le cadre d'une étude sur l'effectivité des droits fondamentaux dans les Outre-mer et se focalise exclusivement sur les industries extractives en Guyane et en Nouvelle-Calédonie.

  • Planète Outre-mer consacre plusieurs émissions sur Montagne d'Or et les mines industrielles.

     

    visuels web radio planete outre mer 710893

    Montagne d'or, une montagne de subventions pour seulement 750 emplois

    A lire ici


    L'or recyclé

    Emission du mardi 01 Mai 2018


    Les mines industrielles sont elles vraiment rentables ?

    Emission du mercredi 25 Avril 2018


    Le Brésil s'interroge sur l'intérêt réel de son industrie minière

    Emission du mardi 24 Avril 2018


    Montagne d'or, un challenge impossible ?

    Emission du mardi 17 Avril 2018

     

  • Le débat public sur le projet Montagne d'Or, organisé par la Commission Particulière du Débat Public en Guyane, a démarré le 7 mars et se poursuivra jusqu'au 7 juillet.

    Son objectif : permettre la participation de tous à l'élaboration d'un projet, plan ou programme

    Certains grands projets d’aménagement et certains plans et programmes de niveau national peuvent faire l’objet d’un débat public s’ils présentent de forts enjeux socio-économiques et s’ils ont des impacts significatifs sur l’environnement et l’aménagement du territoire.

  • Le WWF France dénonce le non-sens économique du projet Montagne d’Or, projet de mine d’or industrielle porté par le promoteur russe Nordgold et envisagé en pleine Amazonie, près de deux réserves biologiques intégrales. Il s’agirait de la première mine industrielle en Guyane et, de très loin, de la plus importante mine d’or en France.

    Cette mine, par son ampleur et les procédés utilisés, aurait évidemment un impact désastreux sur l’environnement. Selon l’opérateur, pour extraire l’or, 57 000 tonnes d’explosifs, 46 500 tonnes de cyanure et 142 millions de litres de fuel seront nécessaires pour les 12 ans de durée de vie du projet.

    C’est conscient de cette menace sur un écosystème exceptionnel, grâce à son expertise et sa présence sur le terrain, que le WWF France a voulu savoir si le projet représentait un réel levier économique, et notamment la meilleure option d’investissement de l’argent public, argent qui ne pourra être dépensé qu’une fois.

    Pour réaliser son étude, le WWF France s’est appuyé sur deux documents publics, réalisés pour Nordgold, et qui n’avaient jusqu’à présent pas fait l’objet d’analyse publique : l’évaluation économique préliminaire publiée en juillet 2015 et l’étude de faisabilité bancaire publiée en avril 2017.

  • 7 avril 2018

    JM Taubira

    Tribune de Jean-Marie Taubira (Parti Progressiste Guyanais)

    "L'avenir de notre territoire se joue à notre détriment. Ne soyons pas naïfs. Aucun peuple n'est homogène. Élevons notre conscience pour comprendre que l'unanimité est impossible mais, la majorité est possible. Au-delà de nos différences purement physiques, partageons des valeurs qui nous ressemblent et qui nous font résister, voire anesthésier l'humiliation. Notre dignité nous élève au rang d'humains complètement achevés".

    Le sujet que je veux aborder est celui d’un territoire abandonné à la puissance financière et machiavélique de deux multinationales, l’une canadienne dénommée Columbus et l’autre russe appelée Nordgold. Elles n’ont pas fusionné. Chacune garde sa singularité. Elles se sont associées pour capter une ressource naturelle qui s’appelle l’or et qui leur donne la fièvre au point de ne point entendre la voix des peuples qu’ils veulent faire taire avec la complicité de supplétifs comme au temps des colonies. Ils veulent les faire émigrer définitivement de leur milieu naturel. 

  • Mercredi des Cendres

    Mercredi cendres 2018

  • Au cours du débat public très houleux qui s’est tenu à la mairie de Cayenne le mercredi 4 avril, la nouvelle secrétaire générale de Walwari, Line Létard, s’est dite «indignée» et a réglé ses comptes avec Pierre Paris, président de la Compagnie Montagne d’Or (CMO) au sujet de l’utilisation non autorisée d’une photo de son fils mineur Noa Létard.

    Lire la suite ici (édition abonnés)

    Pierre Paris Christian Claudon Montagne dor

    Photo Guyaweb

  • 27 avril Mana

  • 26 avril Apatou

  • 25 avril Awala

  • 06 avril SLM

  • 05 avril Cayenne

  • Avril 2018

    Lecante

    Patrick Lecante livre son avis personnel détaillé sur ce projet et les perspectives d’avenir économique en Guyane.

    Patrick Lecante, Maire de Montsinéry-Tonnégrande, Administrateur de l’Agence Française pour la Biodiversité et Président du Comité de l’Eau et de la Biodiversité de Guyane, adresse une tribune sur le projet minier Montagne d’Or dans l’ouest de la Guyane.

    J’écoute et je lis avec beaucoup d’intérêt les informations et affirmations sur le projet dit de la Montagne d’or, qui vise à exploiter d’une manière inédite l’or du sous-sol guyanais. J’ai participé à la première réunion organisée par la Commission Nationale du Débat Public à Saint-Laurent-du-Maroni le 3 avril 2018.

    Il est regrettable que les nombreuses positions de principe ne permettent pas un débat de fond serein sur ce projet si spécifique, et réellement important pour l’avenir de la Guyane. Aussi, je souhaite exprimer ma position personnelle par écrit, sans ambiguïté ni caricature. Elle est simple et claire. Ce projet possède sans doute des vertus économiques. Mais je crois qu’il comporte surtout trois risques fondamentaux : il divise notre société, nous donne de faux espoirs d’embellie économique et nous place à contretemps de l’histoire.

  • Snipa contre la Montagne d'Or

    Snipa, jeune artiste Guyanais engagé et membre du collectif Or de Question, dit NON à la Montagne d'Or.

  • Intervention de Erlan Sleur de l'ONG Probios pour nous parler de la mine industrielle au Suriname et des promesses non tenues par les compagnies minières.

  • Face à l'industrialisation de la filière minière, une des industries les plus polluantes au monde, nous proposons un ensemble de solutions innovantes, pour un développement alternatif, local, durable, respectueux de l'environnement et de l’humain, avec des dizaines de métiers et des milliers d’emplois à la clé !

  • Méga-mine Industrielle de la Montagne d'or en Guyane en forêt tropicale humide de Guyane Française : un non sens économique et écologique selon Pascal Canfin du WWF France. Extrait d'une Interview sur France Inter (Emission Co2 Mon Amour Oct 2017).

  • Des vidéos à partager sans modération

  • Lors de sa réunion du 6 septembre 2017, la Commission nationale du débat public a examiné le Projet minier de la Montagne d'Or (Guyane)

     
    Visiter le site web CNDP
     

    Le président de la Compagnie Minière Montagne d'Or a adressé à la CNDP une nouvelle saisine le 1er septembre 2017, demandant la désignation d'un garant dans le cadre de la concertation préalable qu'il envisage d'organiser. Les précisions apportées par le maître d’ouvrage concernant le coût des bâtiments et des infrastructures du projet conduisent à un montant supérieur à 150 M€. Ce projet relevant en conséquence du champ de compétence de la CNDP, celle-ci a considéré que la saisine de la Compagnie minière demandant seulement la désignation d’un garant, était irrecevable.

  • Diffusez sans modération LE TOP 20 DES RAISONS de se mobiliser

    Sans votre participation citoyenne, massive et déterminée, le combat de David contre Goliath, ne sortira pas gagnant !

  • Enquête publique sur le projet de mine d'or alluvionnaire "Boeuf Mort" : mobilisation record !!!

    Enquête publique photo

     

    Guyane - Le Collectif Or de Question, avec le soutien de plusieurs organisations nationales et internationales a, grâce à un formulaire de participation en ligne, déposé 7.613 avis auprès du commissaire enquêteur entre l’ouverture de la procédure d’enquête publique, le 29 juin et sa clôture, le 25 août dernier pour faire barrage au méga projet de mine industrielle Montagne d’or en Guyane. Le Collectif Or de question et les organisations de soutien attendent une réponse des pouvoirs publics et réclament l’abandon du projet.

    Une enquête publique indissociable du projet Montagne d’or

  • Mes réflexions et questionnements sur le projet Montagne d’Or par Nora Stephenson (1)

    J’écoute l’émission de Radio Peyi du 28 juillet vers 19h, une intervenante parle de voix positives et de voix négatives dans le débat autour du projet Montagne d’Or.

    Il n’y a pas de voix négatives, pas plus que de voix positives d’ailleurs. Il y a des voix qui s’expriment, qui communiquent, débattent, échangent, partagent des informations, des idées, des convictions etc.…

    Alors, je vais partager avec vous, les réflexions, questionnements, informations par rapport au projet Montagne d’Or qui fait couler actuellement tant de paroles et d’encre en Guyane et dans le monde.

    Un projet tel que celui-ci doit faire l’objet d’un débat public avant l’enquête publique selon la loi française. Qu’en est-il à ce sujet ? Une centaine de personnes dans une salle à Saint-Laurent du Maroni, jeudi 27 Juillet.

    Est-ce cela que l’on entend par débat public ?

    Un projet tel que celui-là doit être examiné sous tous ses aspects : économique certes (puisque c’est cet aspect qui est toujours mis en avant) mais aussi sanitaire, environnemental, social, juridique et j’en passe.

    Ce projet n’aura pas seulement d’incidences pour Saint-Laurent du Maroni mais pour toutes les communes environnantes, pour la Guyane entière. Le réseau hydraulique est déjà pollué par le mercure qui tue les populations autochtones et d’autres ; des enfants naissent mal formés sur le Haut Maroni dans l’indifférence générale. Mais qu’en sera-t-il de l’emploi de tonnes de cyanure pendant des années ?

    La mine propre n’existe pas !

    Une mine a toujours un impact sur les populations, l’environnement, le territoire. Être responsable, c’est une qualité liée à la personne humaine, alors qu’est-ce qu’une mine responsable ?

    L’Aude qui est une région minière française d’où l’on a tiré 120 tonnes d’or à Salsigne est pourtant à l’heure actuelle l’une des régions les plus pauvres de France. Bizarre, très bizarre !

    Ce qu’on appelle le passif minier français a déjà coûté 46 milliards d’euros depuis 1971 et devra être assumé pendant des centaines d’années, voire des milliers d’années. Qu’en sera-t-il pour la Guyane ?

    Une moyenne d’1 milliard par an ponctionné sur les finances publiques à mettre en balance avec les rentrées fiscales attendues de 23 millions d’Euros seulement par an pour le « super » Projet Montagne d’Or. Faîtes le calcul.

    Combien coûtera la dépollution des sols, des eaux, des écosystèmes, des hommes après la contamination par le cyanure?

    La revégétalisation me semble appartenir au domaine des bonnes intentions, en fait irréalisable. Peut-on sérieusement penser qu’on peut reconstituer en quelques mois, voire quelques années ce que la nature a mis des siècles à créer ?

    Des sommes importantes destinées à servir l’intérêt général sont mises au service de l’intérêt privé

    C’est la Collectivité Territoriale de Guyane qui doit mettre en place le réseau électrique afin de fournir la mine en électricité, 25 puis 20 MW, c’est-à dire 1/5 ème de la consommation globale de Guyane. Coût 70 millions d’euros. 30 millions à la charge de la CTG. Ainsi des sommes importantes destinées à servir l’intérêt général sont mise au service de l’intérêt privé. Or, la Guyane manque d’écoles, d’hôpitaux, des communes sont enclavées, des villages n’ont ni eau potable, ni électricité d’ailleurs.

    Ce à quoi il faut ajouter la réalisation de 120 kilomètres de route en pleine forêt, toujours à la charge des contribuables que nous sommes. Nous aurons paradoxalement dépensé les retombées financières, voire plus, avant même qu’elles n’arrivent dans «les caisses»

    Qui l’empruntera cette route après 12 ans ? Les orpailleurs illégaux ? Les singes ? Pourquoi pas !

    Entre la concession « Montagne d’Or », le Projet Montagne d’Or et la Compagnie Montagne d’Or, une poule ne retrouverait pas ses œufs. Au PIF !

    La méga industrie minière est une aberration en soi, notamment au moment où il est question en Guyane (en France et dans le monde) de développement durable et de nécessaire protection de l’environnement.

    La mise en place d’une telle activité chez nous est la porte ouverte aux autres dossiers de ce type déjà dans les cartons de la CTG.

    Voulons-nous vraiment voire notre Guyane défigurée, intoxiquée, contaminée pour des milliers d’années ? Que restera-t-il aux générations futures ? Mort et désolation ?

    Il y a d’autres moyens de créer des emplois, ne serait-ce qu’avec notre riche biodiversité qui peut nous rapporter le développement tant souhaité sans cette mutilation, cette mort annoncée. Il suffit de le vouloir.

    Une multinationale est une entreprise privée qui n’enrichie que ses actionnaires.

    Alors, ayons le courage politique pour dire NON à la méga mine industrielle en Guyane, à l’instar du Salvador qui vient d’interdire l’industrie minière extractive de métaux sur son sol le 29 mars.

    Juillet 2017.
    Nora Stephenson, porte parole du collectif Or de Question

  • Mes réflexions et questionnements sur le projet Montagne d’Or par Nora Stephenson (2)

    Au volant de mon véhicule, comme la dernière fois, j’écoute les propos échangés par les intervenants sur Radio Péyi Guyane le 31 Juillet 2017 à propos de la question de l’or et ma réflexion s’aiguise.

    La grande histoire d’amour passionnée de la Guyane avec l’or doit se terminer.

    J’en appelle à la population de Guyane car nous devons comprendre que la grande histoire d’amour passionnée de la Guyane avec l’or doit se terminer.

    C’est fini les placers, les comptoirs d’or, le colportage, la douane qui contrôlait aux dégrads, les canots venant des sites d’orpaillage, les négociants, le paiement direct avec l’or.

    C’est fini, la filière de la bijouterie artisanale qui a eu son grand succès avec nos artisans et créateurs guyanais qui ont élevé cet art, au rang de patrimoine traditionnel.Les rares bijouteries qui existent encore reçoivent l’or à 18 carats qui vient de France ainsi que des bijoux faits de façon industrielle. Ce même or qui part de chez nous à 22 carats, voire 24 et qui nous revient sous cette forme.

    C’est fini les villages, les communes qui ont vu le jour grâce à cette activité. Que sont-ils devenus aujourd’hui ? Saint-Elie, Saül, Régina ; et bien d’autres qui ont disparus.

    C’est bien fini le temps où les belles Guyanaises (sans oublier les messieurs) paradaient fières de porter leurs beaux bijoux en or. Ceux reçus par héritage ou liens d’affection; ceux achetés à la sueur de leur front car elles se rêvaient qu’en or à cette époque-là. Elles possédaient des boîtes de bijoux incroyables qui trônaient sur leurs coiffeuses.

    C’était la coutume quand on recevait son premier salaire d’acheter un bijou en or - souvenir impérissable - gage de son indépendance fraîchement acquise, donc de sa majorité réelle.

    Tous les évènements importants de la vie personnelle étaient rythmés par un bijou en or que l’on recevait ou achetait : un baptême, une communion, un mariage et même un départ en France pour y suivre des études.

    Que reste-t-il de tout cela ? Des frustrations, des regrets !

    Les boîtes à bijoux n’ont plus cours, volées pour la plupart depuis belle lurette ou entreposées dans des coffres à la banque.

    Vive les bijoux de pacotille, les bijoux fantaisies comme c’est la mode, par obligation, plus que réelle motivation. Je n’enlève rien à leur joliesse, à leur beauté d’objets réalisés, créés mais ils n’ont pas ce caractère d’éternité qui caractérise le bijou en or.

    D’ailleurs, nous sommes loin, très loin du romantisme du temps des placers et des chercheurs d’or à la battée. C’est fini !

    Aujourd’hui, il faut savoir que le désir frénétique d’installer des méga-mines industrielles pour l’extraction de l’or en Guyane et ailleurs, au mépris des lois et des avis éclairés, fait partie du vaste plan de l’élite mondiale qui veut contrôler la planète et l’ensemble des ressources du sol et du sous-sol et plus particulièrement l’or qui leur permet d’asseoir leur domination financière.

    Merci l’Afrique et la Guyane !

    La France possède dans ses coffres la 3ème réserve mondiale d’or derrière les Etats-Unis et l’Allemagne avec 2500 tonnes stockées à la Banque de France. Merci l’Afrique et la Guyane !

    L’or est la seule valeur sûre. Une valeur refuge par excellence, car tout le système financier international, basé de plus en plus sur la monnaie virtuelle, ne va pas tarder à s’écrouler. Gare à vos épargnes ! Elles vont aussi disparaître dans les poches des banquiers. Crises financières, hold-up sur les comptes des particuliers, voici le scénario.

    On assiste donc, partout dans le monde au pillage systématique de cette ressource unique en son genre.

    Notre histoire d’amour avec l’or, telle que nous l’avons connue est en fait une nostalgie qui peut brouiller notre réflexion, notre lucidité.

    Les groupes transnationaux miniers sont des entités cyniques qui ne voient dans l’or qu’une source de richesse inestimable, un instrument de domination et de contrôle de peuples.

    Je rappelle aux Guyanais « que l’exploitation de ressources non renouvelables est par définition une activité de court terme et ne peut être un acteur de développement durable, ce qui est notre objectif ».

    Cayenne, le 2 août 2017.
    Nora Stephenson, porte parole du collectif Or de Question

  • Les Peuples Autochtones disent NON !

    L’État Français hors la loi ! Les Peuples Autochtones de Guyane disent NON au projet Montagne d’Or

     
     
     

    Une fois de plus les Peuples Autochtones de Guyane expriment leur opposition au projet Montagne d’Or.

    Leurs droits sont bafoués, l’État Français est donc hors la loi !

    En effet, en vertu du droit international, les peuples autochtones ont droit au consentement libre, préalable et éclairé pour les décisions qui auront une incidence sur leurs intérêts, notamment tout développement effectué sur les territoires traditionnels, tel que reconnu dans la Déclaration des Nations Unies sur le droits des peuples autochtones.

  • Retrouvez les meilleures vidéos pour en savoir plus sur les dangers du projet Montagne d'or.

  • Lire notre revue de presse   Revue de presse

    La revue de presse du collectif Or de Question est disponible sur Scoop.it
    Si vous souhaitez la recevoir par mail tous les mois, merci d'envoyer votre adresse mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

  • Harry Hodebourg, porte-parole du collectif « Or de Question », invité du journal ATV soir le 31 juillet 2017, dénonce en 7 minutes la désinformation dont sont victimes les Guyanais sur le projet Montagne et présente les coulisses de ce projet inutile et imposé

    Harry ATV

  • 15 mars 2017

    Elle porte bien son nom. La "Montagne d'or", un projet d'exploitation aurifère de 9 à 12 km2 dans le nord-ouest de la Guyane, pourrait devenir dans les prochaines années l'une des plus grandes mines d'or jamais exploitées sur le territoire français. Un collectif de 23 associations, réunies sous le nom Or de question, organise mercredi 15 mars un rassemblement à Cayenne. Les associations espèrent rencontrer la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, qui est attendue en Guyane jeudi pour un séjour de trois jours jusque samedi.

    jody amiet 2011 Guyane

    Site aurifère en 2011 en Guyane (JODY AMIET / AFP)

  • 11 juillet 2017

    France Nature Environnement réclame un débat public

     

  • 24 juilet 2017

    Guyaweb a enquêté sur le projet minier de la Montagne d’or mené par les Canadiens de Colombus et les Russes de Norgold. Les révélations sur cette aventure industrielle hors normes ne cessent d’interroger l’intérêt pour la Guyane de voir sa réalisation.

    ISF CARTE viz mine guyane 1

  • 27 juin 2017

    Le collectif "Or de Question" a organisé le samedi 24 juin, au cinéma municipal "Le Toucan" de Saint-Laurent du Maroni, la projection du documentaire "Dirty Gold War" suivi d'une séance d'échange informatif avec le public sur les risques du projet d'exploitation minière "Montagne d'Or"

    Le toucan

  • Le 11 avril 2017

    Montagne d’Or ! C’est le nom choisi, à dessein, pour un méga projet de mine d’or en Guyane. 18 organisations, dont France Libertés, se mobilisent contre ce qu’ils considèrent come une aberration industrielle. Avec Marion Veber, chargée de mission Droit des peuples à la Fondation France Libertés

    1016 France Libertés

  • Lettre au Président et au gouvernement de la France

    Monsieur le Président,
    Monsieur le Premier ministre,
    Madame la Ministre, Monsieur le Ministre,

    L’Etat français semble encourager des multinationales étrangères à lancer de gigantesques exploitations minières en plein coeur de la forêt guyanaise. Parmi elles, le projet « Montagne d’Or » dont le démarrage est prévu pour 2018.

    Avec son gisement s'étendant sur 190 km2, sa fosse de 2,5 km de long, de 500 m de large et de 400 m de profondeur, il s’agirait alors de la plus grande mine d’or jamais exploitée sur le territoire français. Il signifierait l’industrialisation de la filière aurifère dans la seule forêt tropicale humide de l’Union européenne.

    La suite ici

    Macron pétition

  • Arrivée du Tour de Guyane course cyclistes 2017 : Intervention du Collectif "Or de Question" contre la méga-industrie minière en Guyane avec le soutien de l'association TropViolans. Discours contre l'intervention des multinationales minières Colombus Nordgold en forêt tropicale Humide de Guyane française.

  • Arrivée du Tour de Guyane course cyclistes 2017 : Intervention du Collectif "Or de Question" contre la méga-industrie minière en Guyane avec le soutien de l'association TropViolans. Discours contre l'intervention des multinationales minières Colombus Nordgold en forêt tropicale Humide de Guyane française.

  • Projet minier de la Montagne d'Or (Guyane)

    Le président de la Compagnie Minière Montagne d'Or a adressé à la CNDP une nouvelle saisine le 1er septembre 2017, demandant la désignation d'un garant dans le cadre de la concertation préalable qu'il envisage d'organiser. Les précisions apportées par le maître d’ouvrage concernant le coût des bâtiments et des infrastructures du projet conduisent à un montant supérieur à 150 M€. Ce projet relevant en conséquence du champ de compétence de la CNDP, celle-ci a considéré que la saisine de la Compagnie minière demandant seulement la désignation d’un garant, était irrecevable.

    Projet minier de la Montagne d'Or (Guyane) - Saisine de France Nature Environnement

    France Nature Environnement (FNE) a saisi la CNDP en se fondant sur les dispositions de l'article L121-8 du code de l’environnement. Celui-ci permet à des tiers de saisir la CNDP lorsque les caractéristiques techniques ou le coût prévisionnel des projets excèdent des seuils fixés par décret en Conseil d'Etat.

    Les informations fournies par le maître d'ouvrage dans ses différents courriers du 7 mai et du 1er septembre 2017 (complété par le courriel du 6 septembre) confirment que le coût des bâtiments et infrastructures de ce projet industriel dépasse le seuil de 150 M€ et que, dès lors, son projet relève bien de l'article L121-8. En conséquence, la Commission a considéré que la saisine de FNE était recevable.

    Considérant par ailleurs que les enjeux économiques, sociaux et environnementaux du projet et son impact sur l'aménagement du territoire de la Guyane sont très importants et qu’il revient à ses habitants de participer à l’élaboration des décisions le concernant, elle a décidé de l'organisation d'un débat public qui se déroulera en Guyane et dont l'animation sera confiée à une commission particulière du débat public.

    Un dossier élaboré par le maître d’ouvrage en lien avec la commission particulière du débat public, répondant à l'ensemble des enjeux économiques, sociaux et environnementaux, et accessible à tous, sera présenté à la CNDP avant l'ouverture du débat public.

  • Le collectif Or de Question a rélisé cette vidéo afin de montrer pourquoi le projet Montagne d'Or ne doit pas voir le jour !!!

  • Site web de la Commission Particulière du Débat Public sur le projet Montange d'Or qui se déroule du 7 mars au 7 juillet 2018

    A consulter ici

  • JC Goddard

    L’extractivisme capitaliste au miroir de l’anthropologie amérindienne.

    Jean-Christophe Goddard, philosophe, est actuellement Coordinateur du Consortium Erasmus Mundus EuroPhilosophie à l'université de Toulouse Jean-Jaurès. Il publie cette tribune à l'appui de la pétition contre le projet Montagne d'or de méga-mine aurifère en Guyane.