0
0
0
s2smodern

Préparons le Grand Meeting d'information du Collectif "Or de Question",
Mer. 20 septembre 2017 à 19h, aux Palmistes - Cayenne.
Diffusez sans modération LE TOP 20 DES RAISONS de se mobiliser

Sans votre participation citoyenne, massive et déterminée, le combat de David contre Goliath, ne sortira pas gagnant !

VOTRE ACTION INDIVIDUELLE CI-DESSOUS !

Pour une diffusion par mel ou réseaux sociaux : téléchargez ici la version légère : TOP 20 format Web (450 k)

Pour une impression "Maison" distribution et surtout AFFICHAGE de l'atelier au bureau en passant par l'épicerie : Téléchargez ici la version qualité : TOP 20 Format print (1,8 mo)

ET POUR NE PAS LOUPER UN ÉPISODE DES ACTIONS DU COLLECTIF "OR DE QUESTION"

1 - INSCRIVEZ-VOUS ET CONSULTER la revue de presse actualisée sur ce lien SCOOP IT.

2 - Les actions locales et les rencontres citoyennes sont à consulter sur la page Facebook OR DE QUESTION. (accessible même sans inscription FB)

1 - Un développement lokal, par des Guyanais, pour la Guyane !

La Compagnie Montagne d’Or n’est pas une société guyanaise. Elle est et restera à 100% la propriété du consortium minier composé majoritairement (55%) par la multinationale russe Nordgold et l’industriel canadien Colombus Gold.

2 - Notre santé avant vos “petites affaires” !

La méga-mine est l’une des industries les plus polluantes au monde ! Le coût réel des dégâts sociaux, sanitaires et environnementaux est considérable. Les 3500 mines de l’Hexagone, désormais fermées, continuent toutes de polluer et font toutes l’objet de plaintes des riverains, pour maladies (cancer, leucémie, déficience cognitive...).

3 - Des emplois hors de prix et des investissements sans avenir !

Chaque emploi “promis” coûterait 560 000 € au contribuable, vu les subventions envisagées par l’Etat, alors qu’on supprime des emplois aidés 13 000 € par an), valorisants et utiles à la cohésion sociale. Une fois la ruée vers l’or industriel balayée par les aléas économiques, les infrastructures deviendront des friches industrielles.

4 - L’industrie de l’or n’empêchera pas les activités illégales ! Bien au contraire !

Comment une société privée pourrait faire reculer l’activité illégale, là où les Forces Armées en Guyane échouent depuis 30 ans ? Sur la planète, l’implantation de méga-mines favorise souvent les activités illégales (alcool,drogue, prostitution). Les orpailleurs illégaux côtoient aussi les légaux car ils y trouvent un bénéfice mutuel (revente de carburant et matériels détaxés, main d’œuvre bon marché, achat d’or extrait illégalement...).

5 - Des boues toxiques et cyanurées : nou pa lé sa !

25 ruptures de digues accidentelles depuis 2000 dans le monde. Le cyanure et autres chimies toxiques sont maintenus, soit par des géotextiles peu résistants sous nos climats, soit derrière des digues qui risquent de céder face aux intenses précipitations (jusqu’à 600 mm mensuel sur ce secteur). En 2015, le « Fukushima brésilien » a ravagé 800 km de rives du fleuve Rio Docé. Au Suriname (Rosebel) et Guyana (Omaï), des pollutions de ce type ont aussi dévasté des rivières. En cas de rupture de digue, comment la population du bassin de Mana sera-t-elle alimentée en eau potable sur le long terme ?

6 - Lagwiyann a pa roun poubel !

Les collines gigantesques de déchets miniers (estimés à 400 millions de m3), c'est-à-dire le contenu de la fosse de 2,5 km de long, 500 m de large, et 400 de profondeur, accumulés alentours, seront lessivés par les fortes pluies tropicales et draineront probablement des pollutions en métaux lourds (tels arsenic, mercure, cadmium, plomb…) du bassin de la Mana jusqu’au littoral, durant des centaines d’années.

7 - Profitasyon par excellence ! 2% de taxe !

Le territoire de la Guyane est déjà pillé et martyrisé par les Garimpeiros. Ici, l’Etat souhaite, sans doute, conclure d’obscurs accords diplomatiques franco-russes en offrant à une multinationale 98% de la ressource minière !

8 - Une montagne... de subventions de 420 à 600 M€ !

Pour nous piller à moindre coût, l’Etat envisage de construire pour l’industriel russe un port chimique et industriel (embouchure du Maroni) pour stocker environ 500 t. d’explosifs et 300 t. de cyanure chaque mois, des produits chimiques toxiques et des hydrocarbures. Rajoutons la réhabilitation et l’entretien d’une route de 65 km, la construction d’une ligne à haute-tension de 106 km, une centrale électrique, le coût de péréquation EDF, la défiscalisation, le coût du contrôle des déchets miniers sur des siècles... et surtout le gouffre financier en cas d’accident majeur ! De quoi largement engloutir nos 2% de taxe ! Un rapport du WWF estime à 420 Millions d’€ les subventions. Au final, ce projet coûtera très cher à la Collectivité, paralysant notre économie pour l’avenir.

9 - Elektrisyté pou yé, anyen pou nou !

L’unité de production qui consiste à creuser, dynamiter, concasser, broyer, transporter puis cyanurer par électrolyse… va nécessiter l’équivalent de 100% de la consommation électrique des entreprises et habitants de Cayenne : ville capitale ! … et d’autres multinationales : Iamgold, Newmont,... réclament des ponctions semblables, alors que notre transition énergétique et écologique est déjà très en retard.

10 - Des promesses... chimères habituelles !

Une Cie minière Junior peut promettre sans limites jusqu’à obtenir le permis d’exploiter. L’affaire revendue, l’exploitant minier Major ne sera pas tenu par ces promesses : il serrera les coûts de production pour augmenter la rentabilité.

11 - Respect pour les peuples et territoires autochtones !

En vertu du droit national, international et de la convention ratifiée par l’Etat, les peuples autochtones ont le droit de contrôler, protéger et exploiter leurs terres. Ils bénéficient du libre consentement, préalable et éclairé. Pour tout projet impactant le territoire, le gouvernement doit consulter le Grand Conseil Coutumier ! Même contrainte pour le projet de port chimique industriel, envisagé en territoire Kalin’a pour satisfaire la multinationale minière.

12 - Le climat, c’est aussi ma planète !

Il est indigne, au regard de l’Humanité et du réchauffement climatique, de dépenser tant d’énergie pour récupérer 1,6 gr par tonne de roche (soit 0,00016%) d’un minerai inutile. A savoir : le recyclage fournit trois fois plus d’or que ce dont les industriels ont besoin (téléphone, spatial, médecine...) soit 8% de l’or mondial produit, chaque année.

13 - Pou yé respekté Lagwiyann !

Accepter la méga-mine, c'est renoncer à tout espoir de liberté et d'indépendance énergétique ! La refuser, c'est enfin construire ensemble un véritable développement endogène, solidaire et durable !

14 - L’or, soumaké tan lontan !

La viabilité de la mine est liée au cours instable de l’or ( jusqu’à 900 $ de l’once). Il suffit donc d’une chute de 36% du cours de l’or pour voir s’évaporer toutes les promesses. Pour rappel, le cours de l’or a chuté de -60%, de sept. 2012 à déc. 2015. Pire, selon WWF, une baisse de 10% du cours du change Euro/dollar rendrait ce projet non rentable.

15 - Des changements climatiques incontrôlables !

Le BRGM prévoit pour la Guyane de longues périodes de sécheresse et des épisodes de précipitations extrêmes, plus intenses et plus fréquentes, qui vont générer inondations et glissements de terrain.

16 - Multinationales ! Dégagez ! Vous n’avez jamais développé un pays !

Vous provoquez conflits sociaux, destruction des terres, crises sanitaires... La Bolivie est le pays le plus imprégné par l’extractivisme (pétrole, or, diamant) et n’en demeure pas moins le plus pauvre d’Amérique du Sud. En revanche, l’Uruguay, qui a banni l’industrie minière, est la nation la plus riche du continent (en PIB/hab).

17 - Déjà asphyxié : bientôt tétanisé !

Tous les Ministères, déjà en sous-effectifs, seront intensément mobilisés et noyés par ce projet. Les PME et artisans subiront davantage l’inertie administrative, déjà fort handicapante pour le développement local.

18 - Notre capital carbone ruiné !

Notre forêt primaire devrait nous rapporter une forte compensation financière de l’Etat, en gain de “Taxe carbone”. Or, la combustion inutile de 142 millions de litres de fuel va faire grimper en flèche notre empreinte écologique.

19 - Mine « responsable » : Bloublou fini !

Ce concept est une simple stratégie marketing visant à convaincre l'opinion publique que les mines sont aujourd'hui « propres ». Peut-on être « Responsable » en Guyane et « Irresponsable » au Burkina Faso, comme nous le souligne l’accablant rapport de l’ONG suisse «Action de Carême » ?

20 - Tout ça, parce qu’ils ne veulent pas de ces emplois d’avenirs !

Des solutions existent pour un développement alternatif, durable et respectueux de l'environnement et de l’Homme. La valorisation de la biodiversité peut donner lieu à la création de milliers emplois dans le domaine de l'agroforesterie, l'agroécologie, l'agriculture, les métiers du bois et de la forêt, la cosmétique, la parfumerie, les huiles essentielles, les plantes médicinales, l'écotourisme, l'économie sociale et solidaire, les logements bio-climatiques, les énergies renouvelables, la recherche et l'enseignement… Consultez notre Top20 des filières d’avenir en Guyane !

Commentaires   

0 #2 ISA 17-09-2017 11:13
Sémounyan, soyons nombreux le 20/09 place des Palmistes
Citer
+1 #1 Cahty Malherbe 16-09-2017 23:14
:-) BEAU TRAVAIL BRAVO A TOUS
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir