Brésil

  • “Bolsonaro parle d'utiliser notre terre pour l'exploitation minière à grande échelle”

     

  • Après Mariana en 2015,  une nouvelle catastrophe frappe le Brésil : Brumadinho

    Les télévisions locales ont diffusé une impressionnante série d’images filmées par les caméras de sécurité montrant le moment exact de la rupture du barrage.
    Les secours (policiers et pompiers) détenaient ces vidéos depuis le jour de la tragédie (25/01/2019), mais avaient décidé de ne pas les divulguer afin de « ne pas provoquer de panique généralisée dans la population » dans les heures qui ont suivi le drame, a affirmé vendredi Pedro Aihara, le porte-parole des pompiers du Minas Gerais.
    La majorité des victimes déjeunaient dans la cantine

     

  • Le 25 janvier 2019, un barrage minier de la compagnie Vale cède à Brumadinho

    Une nouvelle catastrophe meurtri le Brésil qui, en novembre 2015, avait déjà subi une rupture de barrage à Mariana. Vale était déjà mis en cause dans ce drame écocide.

  • Simulation de l'ampleur de la catastrophe réalisée par IBAMA

    Institut Brésilien de l'environnement et des ressources naturelles renouvelables 

  • BRESIL : Novembre 2015, la rupture d’un barrage contenant des déchets miniers a semé la désolation sur 500 km, des montagnes du Minas Gerais jusqu’à l’océan Atlantique.

    Désastre écologique et désolation: la catastrophe minière de Mariana from David Gormezano on Vimeo.

    Un mois après la rupture d'un barrage contenant des déchets miniers près de Mariana, dans l'Etat du Minas Gerais (Sud-Est du Brésil), un récit des destructions et de la désolation semées par une vague de boue toxique sur plus de 500 km. Réalisé par Sam Cowie, David Gormezano, Tommaso Protti.

    "On savait que c’était très grave, mais on n’imaginait pas que la destruction serait totale" raconte Wallison, qui vit désormais dans une chambre d’hôtel, en attendant d’être relogé dans la ville voisine de Mariana. Le village de Bento Rodrigues ne sera pas reconstruit.

  • INVESTIGATIONS

    Un film choc de Zinedine Boudaoud

     

     

  • Catastrophe de Mariana au Brésil en 2015

    Le peuple autochtone Krenak, vivant sur les berges du fleuve à 300 km du barrage de déchets miniers, fait partie des populations les plus touchées par le crime.

    Pétition ici

  • Un webdoc réalisé par Le Tatou Production en mai 2018

     

  • Voir les vidéos ci-dessous.

    C'était le 5 novembre 2015 au Brésil dans l’Etat du Minas Gerais. Cette catastrophe, provoquée par la rupture d’un barrage de déchets miniers exploité par l’entreprise Samarco, a déversé plus de 40 millions de mètres cubes d’une boue chargée de métaux lourds débordant du fleuve Rio Doce, saccageant la faune, la flore, tuant 19 personnes et rayant de la carte le petit village de Bento Rodrigues tout en dévastant une quarantaine d’autres municipalités.

    Lundi 7 août 2017, la justice brésilienne a suspendu la procédure pénale pour crime environnemental et homicide visant les inculpés de la tragédie du Rio Doce, soit 22 personnes et quatre entreprises : la compagnie minière Samarco, ses actionnaires les géants miniers australien, BHP Billiton, et brésilien, Vale, ainsi que la société d’ingénierie VogBR. Source Le Monde (10/08/2017).

    Mariana Brésil

    Vue aérienne après la catastrophe écologique du Rio Doce (Brésil), le 24 novembre 2015. FRED LOUREIRO / AFP

  • Le collectif Or de Question a organisé plusieurs projections du documentaire Dirty Gold War du réalisateur Daniel Schweizer, à Cayenne, Saint Laurent du Maroni, et Awala Yalimapo. Ces projections étaient suivies d'une conférence publique organisée par le collectif, afin d'informer la population sur le projet Montagne d'Or et de répondre aux nombreuses questions des Guyanais face au mutisme de la Compagnie Minière Montagne d'Or et l'absence d'un vrai débat public sur ce projet.

    .Dirty Gold War


    DIRTY GOLD WAR

    Dirty Gold War est un documentaire sur le milieu très fermé de la filière de l’or. À travers le portrait des principaux opérateurs miniers et des victimes de l’exploitation aurifère, ce film nous emmène au coeur de l’industrie de l’or. Un périple dans plusieurs pays du nord au sud, qui nous conduit sur les lieux des nouvelles ruées vers l’or dévastatrices, du plus profond du Brésil au Pérou, de l’Amazonie à l’Altiplano. Des mines aux vitrines de Londres et Genève, de l’extrême misère aux enseignes de luxe, nous découvrons un monde très secret où la Suisse joue un rôle crucial en raffinant et façonnant les lingots d’or du monde entier. Dirty Gold War bouscule les idées reçues, dérange pour mieux nous interpeler sur la «folie de l’or » et ses conséquences catastrophiques pour les populations autochtones et l’environnement. Dénonçant l’or sale, Dirty Gold War annonce la lutte qui se prépare entre, d’un côté l’industrie et les producteurs d’or sale, de l’autre, les combattants pour un «or vert».

  • Planète Outre-mer consacre plusieurs émissions sur Montagne d'Or et les mines industrielles.

     

    visuels web radio planete outre mer 710893

    Montagne d'or, une montagne de subventions pour seulement 750 emplois

    A lire ici


    L'or recyclé

    Emission du mardi 01 Mai 2018


    Les mines industrielles sont elles vraiment rentables ?

    Emission du mercredi 25 Avril 2018


    Le Brésil s'interroge sur l'intérêt réel de son industrie minière

    Emission du mardi 24 Avril 2018


    Montagne d'or, un challenge impossible ?

    Emission du mardi 17 Avril 2018

     

  • Le collectif Or de Question a rélisé cette vidéo afin de montrer pourquoi le projet Montagne d'Or ne doit pas voir le jour !!!