Guyane

0
0
0
s2smodern

0
0
0
s2smodern

Différents grands projets remettent le développement économique de la Guyane au cœur des débats et de l’actualité.

Le WWF France a missionné Deloitte Développement Durable pour une étude indépendante sur le potentiel de développement économique durable de la Guyane.

L’analyse du tissu économique guyanais qui a été conduite a permis d’identifier les secteurs prioritaires à un développement économique durable du territoire, et de modéliser des scénarios susceptibles de produire « le choc économique » souhaité par le Président de la République lors de son voyage en Guyane.

Lire le rapport complet du cabinet Deloitte ici

Lire la synthèse du rapport du cabinet Deloitte ici 

0
0
0
s2smodern

Le débat public sur le projet Montagne d'Or, organisé par la Commission Particulière du Débat Public en Guyane, a démarré le 7 mars et se poursuivra jusqu'au 7 juillet.

Son objectif : permettre la participation de tous à l'élaboration d'un projet, plan ou programme

Certains grands projets d’aménagement et certains plans et programmes de niveau national peuvent faire l’objet d’un débat public s’ils présentent de forts enjeux socio-économiques et s’ils ont des impacts significatifs sur l’environnement et l’aménagement du territoire.

0
0
0
s2smodern

Le WWF France dénonce le non-sens économique du projet Montagne d’Or, projet de mine d’or industrielle porté par le promoteur russe Nordgold et envisagé en pleine Amazonie, près de deux réserves biologiques intégrales. Il s’agirait de la première mine industrielle en Guyane et, de très loin, de la plus importante mine d’or en France.

Cette mine, par son ampleur et les procédés utilisés, aurait évidemment un impact désastreux sur l’environnement. Selon l’opérateur, pour extraire l’or, 57 000 tonnes d’explosifs, 46 500 tonnes de cyanure et 142 millions de litres de fuel seront nécessaires pour les 12 ans de durée de vie du projet.

C’est conscient de cette menace sur un écosystème exceptionnel, grâce à son expertise et sa présence sur le terrain, que le WWF France a voulu savoir si le projet représentait un réel levier économique, et notamment la meilleure option d’investissement de l’argent public, argent qui ne pourra être dépensé qu’une fois.

Pour réaliser son étude, le WWF France s’est appuyé sur deux documents publics, réalisés pour Nordgold, et qui n’avaient jusqu’à présent pas fait l’objet d’analyse publique : l’évaluation économique préliminaire publiée en juillet 2015 et l’étude de faisabilité bancaire publiée en avril 2017.

0
0
0
s2smodern

Lors de sa réunion du 6 septembre 2017, la Commission nationale du débat public a examiné le Projet minier de la Montagne d'Or (Guyane)

 
Visiter le site web CNDP
 

Le président de la Compagnie Minière Montagne d'Or a adressé à la CNDP une nouvelle saisine le 1er septembre 2017, demandant la désignation d'un garant dans le cadre de la concertation préalable qu'il envisage d'organiser. Les précisions apportées par le maître d’ouvrage concernant le coût des bâtiments et des infrastructures du projet conduisent à un montant supérieur à 150 M€. Ce projet relevant en conséquence du champ de compétence de la CNDP, celle-ci a considéré que la saisine de la Compagnie minière demandant seulement la désignation d’un garant, était irrecevable.

0
0
0
s2smodern

Le développement de la Guyane pourra s'appuyer sur sa biodiversité à travers les biotechnologies, la forêt, l'écotourisme, la pêche et l'agriculture, selon le CGEDD. Cette exploitation devra toutefois trouver un équilibre pour rester durable.

Via Actu-Environnement (abonnement)

Que la biodiversité puisse constituer un des catalyseurs pour assurer le décollage économique de la Guyane, est une évidence (…), considère dans un rapport le Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD), mais à condition de mieux connaître, de savoir préserver ce potentiel de biodiversité pour les générations futures et de trouver les capitaux, les projets et les compétences nécessaires"

 

0
0
0
s2smodern

Les activités d’orpaillage génèrent également une importante pollution des rivières qui affecte de nombreux poissons, dont des espèces très appréciées des communautés amérindiennes et bushinengués, comme le Tometes de Le Bail, classé "Quasi menacé". Cette pollution altère aussi fortement la qualité de l’habitat d’animaux comme la Loutre géante du Brésil, classée "En danger".

Muséum National d'Histoire Naturel
Lire la suite ici