Droits humains

  • Le profit plus important que les droits humains ?

    L’extraction de l’or au Burkina Faso et la responsabilité de la Suisse

    Introduction

    L’or est un bien de luxe. Avant d’être stocké dans un coffre-fort à la banque ou d’être transformé en bijou, il est souvent extrait au prix de violations des droits humains et d’une pollution massive de régions entières. Mines d’or au Burkina Faso Action de Carême s’engage pour un monde plus juste : un monde dans lequel hommes et femmes vivent dans la dignité sans souffrir de la faim ni de la pauvreté. Dans le but d’atteindre cet objectif, Action de Carême collabore depuis 1971 avec des organisations partenaires au Burkina Faso. Le Burkina Faso est un pays de la région du Sahel qui possède très peu de ressources naturelles telles que l’eau ou des sols fertiles. La population a appris à s’accommoder de la situation précaire qui prévaut la plupart du temps. Mais sa survie repose toujours sur un fragile équilibre. Après 2005, la hausse ininterrompue du cours de l’or a suscité au Burkina Faso une véritable ruée vers l’or, qui a, aujourd’hui encore, de graves répercussions. Car l’or ne brille pas de la même façon pour tout le monde. Les groupes de population avec lesquels les organisations partenaires d’Action de Carême travaillent en ont fait l’expérience concrète  : certains projets de longue durée sont en danger, la poursuite du travail dans d’autres projets est entravée par les consé- quences de l’exploitation minière ou menacée par l’extension de celle-ci.

    Lire la suite ici 

  • Les Peuples Autochtones disent NON !

    L’État Français hors la loi ! Les Peuples Autochtones de Guyane disent NON au projet Montagne d’Or

     
     
     

    Une fois de plus les Peuples Autochtones de Guyane expriment leur opposition au projet Montagne d’Or.

    Leurs droits sont bafoués, l’État Français est donc hors la loi !

    En effet, en vertu du droit international, les peuples autochtones ont droit au consentement libre, préalable et éclairé pour les décisions qui auront une incidence sur leurs intérêts, notamment tout développement effectué sur les territoires traditionnels, tel que reconnu dans la Déclaration des Nations Unies sur le droits des peuples autochtones.

  • AVIS SUR LE DROIT À UN ENVIRONNEMENT SAIN DANS LES OUTRE-MER : LA QUESTION DES ACTIVITÉS EXTRACTIVES EN GUYANE ET EN NOUVELLE-CALÉDONIE

    Outre-mer : un nouvel avis, relatif à un environnement sain a été adopté le 17 octobre par la Commission nationale consultative des droits de l'homme. Cet avis s'inscrit dans le cadre d'une étude sur l'effectivité des droits fondamentaux dans les Outre-mer et se focalise exclusivement sur les industries extractives en Guyane et en Nouvelle-Calédonie.

  • burkina

    Tout ce qui brille n’est pas or. Une étude menée par Pain pour le prochain et Action de Carême analyse les conséquences de l’extraction d’or dans trois mines au Burkina Faso. Des atteintes aux droits humains à l’environnement sont constatées.

  • Pour Lambert Wilson, c'est or de question!

    Lambert Wilson, ambassadeur de Greenpeace France

     

    L Wilson 12 mai 2018 Cayenne

     

    Lambert Wilson et Marie Fleury

    Photo prise lors de la restitution publique de la découverte du récif de l'Amazone en Guyane, Cayenne, le 12 mai 2018

  • Invisible mais omniprésente, la pollution des anciens sites miniers a des conséquences très dangereuses pour ceux qui s'y exposent. Quelles sont-elles ? Que fait l'Etat ?

    Le territoire français est traversé d’une longue histoire minière, parfois depuis les gallo-romains. Mais aujourd'hui, cette histoire ressort des terres et se révèle anxiogène pour la population qui vit sur ces terres durablement polluées. Les mines fermées depuis le 17ème siècle ne font pas exception. De la Bretagne à l’Ariège, en passant par le Nord ou le Limousin, les chercheurs estiment que cette pollution concerne près de 3 500 sites miniers.

  • Le collectif Or de Question a organisé plusieurs projections du documentaire Dirty Gold War du réalisateur Daniel Schweizer, à Cayenne, Saint Laurent du Maroni, et Awala Yalimapo. Ces projections étaient suivies d'une conférence publique organisée par le collectif, afin d'informer la population sur le projet Montagne d'Or et de répondre aux nombreuses questions des Guyanais face au mutisme de la Compagnie Minière Montagne d'Or et l'absence d'un vrai débat public sur ce projet.

    .Dirty Gold War


    DIRTY GOLD WAR

    Dirty Gold War est un documentaire sur le milieu très fermé de la filière de l’or. À travers le portrait des principaux opérateurs miniers et des victimes de l’exploitation aurifère, ce film nous emmène au coeur de l’industrie de l’or. Un périple dans plusieurs pays du nord au sud, qui nous conduit sur les lieux des nouvelles ruées vers l’or dévastatrices, du plus profond du Brésil au Pérou, de l’Amazonie à l’Altiplano. Des mines aux vitrines de Londres et Genève, de l’extrême misère aux enseignes de luxe, nous découvrons un monde très secret où la Suisse joue un rôle crucial en raffinant et façonnant les lingots d’or du monde entier. Dirty Gold War bouscule les idées reçues, dérange pour mieux nous interpeler sur la «folie de l’or » et ses conséquences catastrophiques pour les populations autochtones et l’environnement. Dénonçant l’or sale, Dirty Gold War annonce la lutte qui se prépare entre, d’un côté l’industrie et les producteurs d’or sale, de l’autre, les combattants pour un «or vert».

  • Le collectif Or de Question a rélisé cette vidéo afin de montrer pourquoi le projet Montagne d'Or ne doit pas voir le jour !!!