Mine Espérance

  • En plein confinement, le nouveau projet de méga-mine à ciel ouvert de la compagnie Espérance a reçu le feu vert de la commission des mines alors que ses dirigeants sont poursuivis par le parquet de Cayenne pour pollution environnementale.

    Tribune. En pleine pandémie, la commission départementale des mines s’est réunie mercredi 29 avril par visioconférence et a délivré un avis favorable au projet de mine à ciel ouvert de la Compagnie minière Espérance (CME). Le collectif Or de question et ses soutiens, signataires de cette tribune, demandent l’arrêt immédiat de ce projet ainsi qu’un moratoire sur l’exploitation minière industrielle en Guyane.

    montagne dor 0 Jody Amiet

    Une vue aérienne du site du projet de forage «Montagne d'or» en Guyane. ©jody amiet/AFP
  • Nous, le collectif Or de Question, Maïouri Nature Guyane, Trop Violans, Guyane Ecologie et Europe Ecologie Les Vents, dénonçons l'avis favorable accordé par les services décentralisés de l'Etat au projet minier "Espérance" en Guyane.

    L'Espérance que l'on veut nous vendre, c'est l'extraction de 20 millions de m3 de roches, le creusement d’une fosse de 300 m de profondeur sur 1,5 km de longueur en pleine forêt guyanaise entre les communes d’Apatou et de Grand Santi. Alors que la pandémie planétaire sévit, la commission dépar­te­mentale des mines de Guyane a donné le 29 avril 2020 un avis favorable à un nouveau projet délirant de mine d’or à ciel ouvert nommé “Espérance” (!) porté par la multinationale Newmont… et soutenu par le gouvernement français.

    Soutenez-nous en signant la pétition ici

    Instagram partage Desperance Guyane NON

  • Liste complète des signataires de la tribune parue dans Libération

    Les organisations locales Maiouri Nature Guyane, Trop Violans et Guyane Ecologie, les organisations nationales Ligue des droits de l’homme, Amis de la Terre France, Fondation Danielle Mitterrand et Yannick Jadot, député européen Europe-Ecologie-les Verts, Delphine Batho, présidente de Génération écologie, Fabien Gay, sénateur de Seine-Saint-Denis, Mathilde Panot, vice-présidente du groupe parlementaire France insoumise et députée du Val-de-Marne, Dominique Bourg, philosophe, professeur honoraire, Université de Lausanne, Valérie Cabanes, juriste internationaliste, Malcom Ferdinand, chercheur et auteur d’Une écologie décoloniale des personnalités de la société civile, Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd, cofondateur de Greenpeace, Fabrice Nicolino, président de Nous voulons des coquelicots, Lamya Essemlali, cofondatrice de Rewild, présidente de Sea Shepherd France, Alexis Tiouka, juriste droits humains et droits des peuples autochtones, Mawalum Amandine Galima,  porte-parole de l’organisation Jeunesse autochtone de Guyane, Bernard Lavilliers, chanteur, Pierre Richard,acteur et réalisateur, …

     

    Les organisations : 

    Association Citoyens Pour le Climat Guyane

    ICRA International

    Rouez Environnement

    Association Gratte Papiers

    Stopmines23 

    Wild Legal

    CSIA-Nitassinan (Comité de Solidarité avec les Indiens des Amériques)

    Stop Pétrole Offshore Guyane

  • Le projet de mine industrielle Espérance 

    Emmanuel Macron avait enterré le projet «Montagne d'Or» en Guyane. Mais voici un nouveau projet du même genre qui agite l'Amazonie française.