0
0
0
s2smodern

Le 4 décembre 2020

logoo2qfb

Alors que le Tribunal Administratif de Cayenne examinait le 3 décembre deux requêtes de la compagnie minière Montagne d’Or, attaquant la décision de l’État d’avoir gardé le silence sur la demande de prolongation de deux de ses concessions minières, ce dernier a été aux abonnés absents.

Par cette politique de la chaise vide, l’Etat trahit ses engagements dans ce dossier tant décrié, alors que tout semblait limpide en mai 2019 pour les représentants du Gouvernement qui annonçaient, devant les médias et à l’Assemblée Nationale, que « le projet de Montagne d’Or ne se fera pas, le projet est incompatible avec les exigences de protection de l’environnement, de préservation de la biodiversité, de lutte contre le changement climatique, qui sont défendues par ce gouvernement et exigées par les Français ».

Image1

Slide 7 issue de la présentation « Projet de réforme du code minier » présenté aux élus guyanais le 23 octobre 2020

 

Nous déplorons ce silence de l'État, alors qu'il disposait d'éléments juridiques apportés par les organisations de défense de l'environnement pour s'opposer clairement au renouvellement des concessions et pouvoir définitivement bloquer ce projet.

L'État avait toutes les cartes entre les mains, mais se parjure !

Cette posture est d’autant plus choquante, quelle vient conforter le sentiment de doute quant aux véritables intentions du gouvernement. En effet, le 23 octobre dernier, à l’occasion d’une présentation aux élus de la réforme du code minier, les représentants de l’Etat affirmaient que le projet Montagne d’or était « en développement ».

Nous dénonçons cette attitude en totale contradiction avec sa décision de mai 2019 et les discours présidentiels sur le climat et la protection de l’Amazonie, alors qu’encore une fois, le gouvernement permet à l’industrie minière de s’implanter en Guyane et de se conforter dans son projet climaticide en forêt amazonienne française.

Nous demandons que l'État réaffirme son opposition au projet Montagne d’Or et exigeons l’abandon de la filière minière industrielle en Guyane.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir