GUYANE

  • Avec Marine Calmet, porte-parole de Or de Question et présidente de Wild Legal

  • Nous réclamons des gages et non des paroles !

    Le gouvernement a réaffirmé son opposition au projet minier Montagne d’or en Guyane en déposant un recours contre le tribunal administratif qui lui avait ordonné de prolonger les concessions minières, ont annoncé trois ministres le 3 février dans un communiqué. Marine Calmet, porte-parole du collectif Or de question, reste malgré tout méfiante : «Nous réclamons que l'Etat nous donne des gages et non des paroles», affirme-t-elle. Elle réclame en outre un moratoire sur l'industrie minière.

  • Le 24 décembre, le tribunal administratif de Guyane oblige l’État à prolonger «dans un délai de six mois» les concessions controversées de la Montagne d’Or. Une décision qui rend caduque la promesse faite par Emmanuel Macron d’abandonner le projet jugé comme une menace écologique. Invitée à témoigner pour RT France, Marine Calmet, porte-parole du collectif Or de Question, pointe la faillite de l’Etat et enjoint l’Etat à faire appel de cette décision.

  • Idée reçue n°55
    Max Bird pousse un DEUXIEME coup de gueule contre le projet minier d'or en Guyane appelé "Espérance", qui est quasi identique à celui de 2018 "Montagne d'or" contre lequel il s'était déjà engagé et qui a été annulé par le Gouvernement... enfin pas tout à fait !!!

  • Le 4 décembre 2020

    logoo2qfb

    Alors que le Tribunal Administratif de Cayenne examinait le 3 décembre deux requêtes de la compagnie minière Montagne d’Or, attaquant la décision de l’État d’avoir gardé le silence sur la demande de prolongation de deux de ses concessions minières, ce dernier a été aux abonnés absents.

    Par cette politique de la chaise vide, l’Etat trahit ses engagements dans ce dossier tant décrié, alors que tout semblait limpide en mai 2019 pour les représentants du Gouvernement qui annonçaient, devant les médias et à l’Assemblée Nationale, que « le projet de Montagne d’Or ne se fera pas, le projet est incompatible avec les exigences de protection de l’environnement, de préservation de la biodiversité, de lutte contre le changement climatique, qui sont défendues par ce gouvernement et exigées par les Français ».

  • Retour sur le controversé projet Montagne d'Or avec Marine Calmet

    Cyanure, pétrole, déforestation : voilà le cocktail nécessaire pour extraire l’or du sous-sol guyanais. D’où cette question : faut-il interdire l’exploitation aurifère en Guyane ?

    C’est en tout cas l’avis de Marine Calmet, avocate et porte-parole du collectif or de question, une organisation qui lutte contre le projet Montagne d’or.

    Interview réalisée en partenariat avec le festival éco-citoyen Les Pluies de Juillet, à Villedieu-Les-Poêles en Normandie.

  • Un procès simulé organisé par Wild Legal

    Sur le banc des accusés : l’Etat français, pour sa carence fautive dans la lutte contre l’orpaillage illégal. Face à lui : l'association des femmes victimes du mercure, l'Organisation des Nations autochtones de Guyane,  Maiouri Nature Guyane, avec le soutien du collectif Or de Question.
    Les avocats : Megan Seube, Joséphine Labadie, Alice Miot-Bruneau et Alexandre Delsaux, la future génération d’avocats, prête à défendre les ONG amérindiennes et les écosystèmes amazoniens. 

  • Le 14 août 2020

    logoo2qfb

    Courriel adressé au Préfet de Guyane

    Monsieur le Préfet,

    Les événements dramatiques survenus récemment au Liban et consécutifs à des négligences coupables sur la gestion d’un stock de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium dans le port de Beyrouth nous amènent à vous interpeller sur le danger potentiel d’un tel stockage en Guyane Française.

    En effet, comme le stipulait textuellement le dossier du maître d’ouvrage (1) de la Montagne d’Or, le nitrate d’ammonium est l’explosif de référence de ce projet d’extraction minière industrielle auquel nous nous sommes opposés. On peut y lire : « La fragmentation des roches dures sera réalisée à l’aide de tirs de mine réguliers impliquant la mise en œuvre de produits explosifs à base de nitrate d’ammonium, …».

  • Le 14 août 2020

    logoo2qfb

    Courriel adressé au Préfet de Guyane

    Monsieur le Préfet,

    Les événements dramatiques survenus récemment au Liban et consécutifs à des négligences coupables sur la gestion d’un stock de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium dans le port de Beyrouth nous amènent à vous interpeller sur le danger potentiel d’un tel stockage en Guyane Française.

    En effet, comme le stipulait textuellement le dossier du maître d’ouvrage (1) de la Montagne d’Or, le nitrate d’ammonium est l’explosif de référence de ce projet d’extraction minière industrielle auquel nous nous sommes opposés. On peut y lire : « La fragmentation des roches dures sera réalisée à l’aide de tirs de mine réguliers impliquant la mise en œuvre de produits explosifs à base de nitrate d’ammonium, …».

  • Soutien à l'appel de Wil Legal pour l'Amazonie et le peuple Wayana

    Face à l’échec de la France à mettre un terme à ce scandale écologique, sécuritaire et sanitaire, les associations partenaires Wild Legal, Maiouri Nature Guyane, l’Organisation des Nations Autochtones de Guyane (ONAG) et le collectif Or de Question lancent un appel.

    Cette situation a trop duré. Les Wayana qui habitent en amont du fleuve sur le territoire appelé Haut Maroni, sont en première ligne. Il est nécessaire de proposer de nouvelles mesures pour protéger ce peuple, ses droits et ses coutumes ainsi que les écosystèmes dont il est le premier gardien.

    Inspirés par les nombreuses avancées des droits de la Nature dans le monde, nous menons campagne pour la formation d’une coalition d’acteurs engagés pour :

    • La reconnaissance de la personnalité juridique du Haut Maroni, ainsi que ses droits à la protection, à la conservation et à la restauration de ses écosystèmes.
    • L’instauration d’un modèle de gouvernance locale respectueux des droits des peuples de Guyane, gardiens de l'Amazonie.
    • La réalisation d’un plan d'action visant à éliminer définitivement les activités minières illégales en coopération avec les habitants du Haut Maroni.
    • La mise en œuvre de projets d'alternatives économiques locales afin garantir la sécurité alimentaire à ce peuple.
    • L’organisation d'une campagne de dépistage du mercure.

     

  • Le 14 juillet 2020

    logoo2qfb

     

    Industrie minière en Guyane. Sébastien Lecornu souhaite « la regarder en face avec beaucoup de tranquillité, (…) d’exigences sur le terrain environnemental et en même temps ne pas balayer d’un revers de main le fait que c’est une source de développement pour la Guyane ».

    Une opposition vive et sans relâche mise en avant par le Débat Public !

    Alors que le débat public sur la Montagne d'Or a montré la vive opposition des Guyanais à ce projet écocide, alors qu'un sondage Ipsos commandé par le WWF France a confirmé ce refus pour 70% d'entre eux, alors que plus d'un demi-million de citoyens ont signé la pétiton “Non à la mine industrielle en Guyane”, il s'avère que le ministre des outremer préfère balayer d'un revers de main les revendications guyanaises sur la question des mines industrielles sur leur territoire.

  • Webinaire

    Le 1er juillet 2020 a été organisé un webinaire, "Guyane : un or qui mine le climat ?", par la Fondation Heinrich Böll. Cette visioconférence a permis de présenter les impacts climatiques et écologiques de l’industrie minière et les moyens de luttes contre les projets de méga-mines défendus en Guyane, France hexagonale et au niveau européen. 

    Guyane 1

    La forêt amazonienne en Guyane. Créateur: Marine CalmetL´image est sous une licence Creative Commons 

  • Le 20 juin 2020

    logoo2qfb

    Alors que les membres de la Convention citoyenne pour le climat viennent de voter à 94,4% en faveur de l’adoption d’un moratoire sur l’exploitation industrielle minière en Guyane, le collectif Or de question se réjouit de cette décision qui représente un formidable soutien à notre lutte contre les mines d’or industrielles en Guyane.

    La proposition “Protection des écosystèmes et de la biodiversité”, est le reflet d’un long combat pour alerter sur les impacts de l’activité minière aurifère sur la biodiversité et le climat. Le collectif Or de question tient à rappeler que la mine d’or industrielle est un secteur absolument incompatible avec les engagements climatiques de la France et les limites planétaires.

  • Collectif Les Brigades du Tig'

    Chanson confinée, d'ici et d'ailleurs, une déclaration d'amour à la Guyane.

  • Le projet de mine industrielle Espérance 

    Emmanuel Macron avait enterré le projet «Montagne d'Or» en Guyane. Mais voici un nouveau projet du même genre qui agite l'Amazonie française. 

  • En plein confinement, le nouveau projet de méga-mine à ciel ouvert de la compagnie Espérance a reçu le feu vert de la commission des mines alors que ses dirigeants sont poursuivis par le parquet de Cayenne pour pollution environnementale.

    Tribune. En pleine pandémie, la commission départementale des mines s’est réunie mercredi 29 avril par visioconférence et a délivré un avis favorable au projet de mine à ciel ouvert de la Compagnie minière Espérance (CME). Le collectif Or de question et ses soutiens, signataires de cette tribune, demandent l’arrêt immédiat de ce projet ainsi qu’un moratoire sur l’exploitation minière industrielle en Guyane.

    montagne dor 0 Jody Amiet

    Une vue aérienne du site du projet de forage «Montagne d'or» en Guyane. ©jody amiet/AFP
  • Liste complète des signataires de la tribune parue dans Libération

    Les organisations locales Maiouri Nature Guyane, Trop Violans et Guyane Ecologie, les organisations nationales Ligue des droits de l’homme, Amis de la Terre France, Fondation Danielle Mitterrand et Yannick Jadot, député européen Europe-Ecologie-les Verts, Delphine Batho, présidente de Génération écologie, Fabien Gay, sénateur de Seine-Saint-Denis, Mathilde Panot, vice-présidente du groupe parlementaire France insoumise et députée du Val-de-Marne, Dominique Bourg, philosophe, professeur honoraire, Université de Lausanne, Valérie Cabanes, juriste internationaliste, Malcom Ferdinand, chercheur et auteur d’Une écologie décoloniale des personnalités de la société civile, Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd, cofondateur de Greenpeace, Fabrice Nicolino, président de Nous voulons des coquelicots, Lamya Essemlali, cofondatrice de Rewild, présidente de Sea Shepherd France, Alexis Tiouka, juriste droits humains et droits des peuples autochtones, Mawalum Amandine Galima,  porte-parole de l’organisation Jeunesse autochtone de Guyane, Bernard Lavilliers, chanteur, Pierre Richard,acteur et réalisateur, …

     

    Les organisations : 

    Association Citoyens Pour le Climat Guyane

    ICRA International

    Rouez Environnement

    Association Gratte Papiers

    Stopmines23 

    Wild Legal

    CSIA-Nitassinan (Comité de Solidarité avec les Indiens des Amériques)

    Stop Pétrole Offshore Guyane

  • Nous, le collectif Or de Question, Maïouri Nature Guyane, Trop Violans, Guyane Ecologie et Europe Ecologie Les Vents, dénonçons l'avis favorable accordé par les services décentralisés de l'Etat au projet minier "Espérance" en Guyane.

    L'Espérance que l'on veut nous vendre, c'est l'extraction de 20 millions de m3 de roches, le creusement d’une fosse de 300 m de profondeur sur 1,5 km de longueur en pleine forêt guyanaise entre les communes d’Apatou et de Grand Santi. Alors que la pandémie planétaire sévit, la commission dépar­te­mentale des mines de Guyane a donné le 29 avril 2020 un avis favorable à un nouveau projet délirant de mine d’or à ciel ouvert nommé “Espérance” (!) porté par la multinationale Newmont… et soutenu par le gouvernement français.

    Soutenez-nous en signant la pétition ici

    Instagram partage Desperance Guyane NON

  • Les amérindiens d'Amazonie craignent un génocide, ébranlés par la pandémie de Covid-19 et l'accélération soudaine de la déforestation en temps de confinement.
    Alors que le Brésil, le Suriname mais aussi la France, en Guyane, mettent en place des politiques de soutien aux miniers et aux bûcherons, les peuples autochtones sont de plus en plus en contacts avec les "garimpeiros", porteurs des virus. 
    En Guyane, la situation est très préoccupante ! Le lobby minier et les services de l'Etat profitent du confinement pour faire passer des projets miniers industriels. Témoignages...

  • Le vrai bilan de Macron dénoncé le 13 mars 2020 devant l'Elysée

    Retour sur l'action "Démasquon Macron" organisée par Action Non Violante - COP21 où Or de Question était convié. Patrick Monier, l'un de nos porte-paroles, a fait le déplacement afin de faire le bilan de la politique climatique et sociale d’Emmanuel Macron et du gouvernement.

    Justice sociale, justice climatique, agriculture, santé … le compte n’y est pas ! Stop le blabla !

    Mais cette journée fut marquée par l'arrestation et la mise en garde à vue de 12 des personnalités présentes pour cette journée, dont Patrick Monier.

    Après presque 24h d'arrestation, les 12 gardés à vue ont été libérés avec un classement sans suite.

    Retour en images sur cette journée militante qu'on a voulu museler !

  • Le 17 février 2020

    logoo2qfb

    Le collectif Or de Question réclame le départ immédiat de la compagnie Montagne d'Or

    Le collectif Or de Question ne baisse pas la garde. Le président de la République, Emmanuel Macron a, lors de son discours tenu ce jeudi 13 février à Chamonix, affirmé assumer son choix de mettre fin au projet Montagne d’or. Mais sur le terrain, rien n’a changé. Alors que la concession minière a expiré, l’industriel est toujours sur le site et le projet en sommeil pourrait bien se réveiller à tout moment. Le gouvernement doit donner un signal clair, refuser définitivement la demande de renouvellement et mettre un terme à ces lubies industrielles qui minent l’avenir du territoire guyanais. Or de Question réclame le départ de la compagnie Montagne d’or. 

  • Le 14 octobre 2019

    logoo2qfb

    Les services de l’Etat en totale contradiction avec les déclarations des Présidents à l’ONU

    Alors que M. Rodolphe Alexandre, président de la Collectivité Territoriale de Guyane accompagnait M. Emmanuel Macron à l’ONU il y a quelques semaines, enchaînant les déclarations en faveur de la protection de l’Amazonie en annonçant à la tribune l’arrêt du projet Montagne d’or, la demande de prolongation de la concession sera présentée avec un avis favorable des services de l’Etat à la commission des mines de ce mercredi 16 octobre 2019.

  • Explications sur la confuse gestion du dossier "concessions minières" Montagne d'Or

    Mercredi 16/10/2019, la commission des mines a réuni les services de l'État mais aussi des exploitants miniers pour la prolongation de deux concessions minières de la tristement célèbre Montagne d'or. Un projet pharaonique, écocidaire, destructeur de l'environnement, qui serait responsable de la déforestation d'un pan de l'Amazonie

  • Action du collectif Or de Question devant la Préfecture

    A l'occasion de la commission des mines du 16/10/2019 qui devait statuer, avec l'avis favorable de la DEAL, sur le renouvellement des deux concessions minières détenues par CMO, le collectif a tenu à rappeler son opposition au projet Montagne d'Or et alerter sur les contradictions du gouvernement dans ce dossier.
    Finalement, après quelques heures de confusion au sein du Gouvernement, et sous la pression médiatique initiée par notre communiqué de presse, le préfet a retiré, en début de séance, ce sujet à l'ordre du jour de la commission. Selon la Préfecture de Guyane, une expertise juridique supplémentaire serait soudain nécessaire ; le dossier est reporté à plus tard !

    Rétropédalage et confusion juridique !

  • Explications avec Marine Calmet et Michel Dubouillé, porte-paroles de Or de Question

    Le renouvellement de la concession de la Montagne d'or a reçu un avis favorable de la Direction de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement de la Guyane. Comment ce projet, malgré l'annonce de son abandon par le gouvernement, est toujours d'actualité.

  • Titre de l'artiste chti/guyanais Mista Aya 

  • Permis Exclusif de Rercheche Takari Mining

    Jusqu'au 24 juillet, une consultation publique vous permet d’exprimer votre opposition à un énième Permis de Recherches minières portant sur 17 500 hectares dans l’ouest guyanais. De par sa superficie et ses actionnaires, ce permis de recherche nécessite une mobilisation exceptionnelle car il prélude à une prochaine « Montagne d’or » qu’il faut d’ores et déjà renvoyer dans le placard des projets d’une ère révolue.

    Agissons maintenant quelques minutes pour n’avoir pas à lutter d’ici peu, durant des années, contre une future demande de permis d’exploitation.

    Derrière Takari Mining, un mot aux sonorités on ne peut plus guyanaises — un takari est la perche servant à diriger la proue d’une pirogue  — se trouve en fait l’une des plus grandes compagnies aurifères au monde : la multinationale étasunienne Newmont Mining qui détient 50% des parts de Takari Mining. Les 50% restants sont détenus par la société CME [Compagnie Minière Espérance] propriété de Carol Osterero, Présidente de la Fédération des Opérateurs miniers de Guyane (Fedomg) !

    N’attendez pas demain pour refuser ce nouveau permis minier hautement symbolique, qui viendra s’ajouter aux 360 000 ha de forêts anciennes déjà accordés au lobby minier.

    Connectez-vous à ce lien :

    https://www.economie.gouv.fr/consultation-permis-minier-esperance-nord-societe-takari-mining-guyane?fbclid=IwAR3BKvSszlk2fs7FL4HNKBWJY16908mVl82ZfnMZB_PXOYO_34Ee40NljRQ

    ou envoyez un simple mail à :

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  • Conférence de presse à Cayenne le 14 juin 2019

  • Le 23 mai 2019

    logoo2qfb

    Après l’annonce du Ministre de la Transition Écologique et Solidaire, suite à la première réunion du Conseil de défense écologique, le collectif Or de question exprime sa profonde déception.
    M. de Rugy n’a fait que réitérer les propos tenus par le Président Emmanuel Macron deux semaines auparavant, sans pour autant enterrer définitivement le projet de la compagnie Montagne d’or.

  • 22 mai 2019
    logoo2qfb  STOP MINE LOGOsm2

    Jumelage entre le Collectif « Or de Question » & l'association « Stop Mine Salau »

    En août 2018, dans la commune de Salau en Ariège, a eu lieu le Festival « Stop Mines & Coordination des Luttes » qui a permis de rassembler de nombreux collectifs de citoyens opposés à la relance minière tant en métropole qu'en territoires ultra-marins.

    L'objectif étant, au-delà des considérations économiques, d'évoquer et d'analyser les impacts sanitaires, environnementaux et sociaux de l'extractivisme mais aussi de l'après-mine dont les effets néfastes se font toujours sentir durablement après la cessation d'activité.

    A cette occasion, deux organisations, le Collectif « Or de Question » en Guyane et l'association « Stop Mine Salau» en Ariège, particulièrement déterminées à défendre l'intérêt général et leurs patrimoines naturels respectifs, ont décidé d'unir leurs forces sur deux actions concrètes :

    • La première, à l’instar de plusieurs pays européens, consista à coordonner un moratoire sur l'utilisation du cyanure dans l'industrie minière, compte tenu de nombreuses et régulières ruptures de digues de par le monde. Cette initiative connu un franc succès et fait dès lors l’objet d’une proposition de résolution à l'Assemblée Nationale et au Sénat, par plusieurs parlementaires, toutes tendances confondues.

    • La seconde se concrétise aujourd'hui par l'annonce d'un jumelage symbolique entre « Or de Question » et « Stop Mine Salau ».
  • La mine qui cache les autres mines !

    Malgré nos mobilisations et l'opposition massive face à Montagne d'Or, les compagnies minières continuent à demander et à obtenir des permis d’exploration aurifère. Parmi elles, des multinationales, aux aguets, veulent se partager le gâteau guyanais. Voilà ce qui nous attend, voilà comment 360.000 hectares de forêt peuvent potentiellement être saccagées pour le profit de ces multinationales

    Carte projets miniers Guyane

  • Pour Frédéric, c'est "or de question" !

  • 12 février 2019

    logoo2qfb

    Plus d’un an après le dépôt du recours contre l’autorisation de travaux miniers sur la concession de la compagnie Montagne d’or, le juge administratif a donné raison à l’association requérante Maïouri Nature Guyane, partenaire du collectif Or de question contre l’autorisation d’exploitation aurifère alluvionnaire dit “Boeuf mort” sur la concession de la compagnie Montagne d’or. Le collectif se félicite de cette première victoire dans la lutte contre le projet Montagne d'Or et l'extractivisme en Guyane.

    Pour rappel, le recours déposé contre l’arrêté en date du 13 décembre 2017 par lequel le préfet de la Guyane a autorisé la société Montagne d'Or à ouvrir les travaux d'exploitation d'or alluvionnaire sur la concession de la compagnie minière avait soulevé de nombreux motifs d’annulation.

  • Emission Les Dossiers de l'Info sur Guyane la 1ère du 07/11/2018

    "En Guyane, le tourisme dépasse de très loin l'industrie extractive en valeur ajoutée. C'est là qu'il faut investir !". Olivier Taoumi, DGS de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Guyane, lors de l'émission Les Dossiers de l'Info, thème "le tourisme en Guyane", diffusée sur Guyane la 1ère le 7 novembre 2018

  • Un mini documentaire de l'INA

    La cyanuration, une technique accusée d’être polluante. Elle est utilisée dans l’extraction aurifère en France et a causé de nombreux dégâts écologiques dans le monde...

     

  • Au micro de Monsieur Green, sur Liberté FM, émission Sous la Canopée 

  • Alexis Tiouka interviewé par La Croix

     

  • Montagne d'Or: il est encore temps d'empêcher la catastrophe annoncée

     

  • La France a-t-elle méprisé la voix des peuples autochtones ?

    Alexis Tiouka sur le plateau de RT France

     

  • Les premières nations de Guyane se dressent contre Montagne d'Or

     

  • Chroniqueur à France Inter

    Guillaume Meurice France Inter

  • L'appel pour le climat !

    Le 8 décembre 2018 à Cayenne, plusieurs centaines de Guyanais se sont rassemblés suite à l'appel de Or de Question, Stop Pétrole Offshore et Trop Violans/500 Frères

    L'équipe de Brut était parmi nous !

     

  • Les auteurs de Guyane s'expriment contre la Montagne d'Or

    Recueil de 9 nouvelles paru aux Editions Rymanay

     

  • Proposition de résolution pour l'interdiction du cyanure dans l'industrie minière

    A l'initiative de Gabriel Serville, 64 députés ont signé cette proposition de résolution visant à l'interdiction générale des technologies à base de cyanure dans l'industrie minière. Lire l'intégralité de cette proposition de résolution ici

    Logo Assemblée Nationale

     


    Associations et collectifs se regroupent pour une demande de moratoire

    Les industriels utilisent massivement le cyanure pour extraire l’or des roches, causant des dangers irréversibles pour l’environnement et la santé. Les collectifs et associations mobilisés contre l’exploitation industrielle de mines d’or, demandent conjointement un moratoire sur l'utilisation du Cyanure.

    Cette initiative a pris naissance à Salau (Ariège) lors du Festival Stop Mine d'août 2018 organisé par les opposants au projet minier Stop Mines Salau.

    Lire le communiqué de presse commun ici (version anglaise et espagnole en bas de page) dé

    Bandeau cyanure

  • Résumé : Il ne manquait plus que ça à la Guyane ! Après l'orpaillage illégal qui détruit son environnement depuis des décennies, voici que des projets de mines d'or industrielles voient le jour.
    Face à ce qu'ils considèrent comme un nouveau cataclysme aux portes de leurs villages, les Amérindiens ont décidé de résister.
    Les chefs coutumiers, que la France a longtemps appelé "Capitaines" en leur offrant un uniforme et une modeste rétribution, sont unanimes. Tous refusent de voir la forêt et la terre de leurs ancêtres sacrifiées.

    Un film de Erwan Le Guillermic et David Morvan 

  • Le 24 novembre 2018, un défi sportif a été organisé pour dire non à la Montagne d'Or.

    Des citoyens, des sportifs, des associations ont relevé le défi organisé par Yann Becuwe, parrainé par Malia Mettela, et soutenu par Or de Question.

    Les Cariacous boto, à la rame à Sinnamary(plus de détails sur Youtube)

  • Ce projet va-t-il réellement permettre à la Guyane de se développer ?
    Faites-vous votre avis !

  • Le 16 novembre 2018

    logoo2qfb

    Communiqué co-signé par Or de Question, France Liberté, Nature Rights et Jeunesse Autochtone de Guyane

    Les opposants réaffirment leur rejet de la méga-mine

    La décision a été mise en ligne le 16 novembre. La compagnie Montagne d’or, responsable du méga projet de mine d’or à ciel ouvert en Guyane, annonce une série de modifications de ce projet, que les opposants Or de question, la JAG, France Libertés et Nature Rights qualifient d’écran de fumée.

    Modifications dérisoires du projet Montagne d’or : un écran de fumée

     Une énième volte-face sur l’approvisionnement en énergie, quelques changements techniques sans réel impact, les “modifications d’ampleur et des améliorations significatives” annoncées sont un écran de fumée qui ne trompe personne. Le collectif Or de question, la JAG, France Libertés et Nature Rights prennent acte des déclarations faites par la compagnie Montagne d’or, et dénoncent des ajustements superficiels et dérisoires du projet de mine industrielle, qui n’ébranlent en rien leur opposition au projet.

    La compagnie Montagne d’or annonce des modifications pour une “meilleure insertion dans le territoire”, en réalité il s’agit de mettre en place une production d’énergie sur le site, afin “de ne pas affecter la sécurité d’approvisionnement en énergie des Guyanais”. Une idée qui, contrairement à la volonté affichée par la multinationale de maximiser les retombées pour le territoire, ne profitera en rien à la population puisque le site sera alors autonome. Le collectif Or de question est particulièrement sceptique quant à la possibilité de produire 20 mégawatts grâce à l’énergie solaire, soit l’équivalent de la consommation de la ville de Cayenne, de manière continue et régulière. Ceci laisse redouter un emploi massif d’énergie fossiles pour assurer l’alimentation du site.

  • Différents grands projets remettent le développement économique de la Guyane au cœur des débats et de l’actualité.

    Le WWF France a missionné Deloitte Développement Durable pour une étude indépendante sur le potentiel de développement économique durable de la Guyane.

    L’analyse du tissu économique guyanais qui a été conduite a permis d’identifier les secteurs prioritaires à un développement économique durable du territoire, et de modéliser des scénarios susceptibles de produire « le choc économique » souhaité par le Président de la République lors de son voyage en Guyane.

    Lire le rapport complet du cabinet Deloitte ici

    Lire la synthèse du rapport du cabinet Deloitte ici 

  • Les artistes Guyanais s'unissent contre la Montagne d'Or

    Amazonie : ma cité d’or va craquer

     

  • Nordgold en Guinée !

    Alors qu’un projet de mine d’or est à l’étude en Guyane, l’un des promoteurs, l’entreprise russe Nordgold, promet une exploitation exemplaire. Mais en Guinée, où la société gère déjà une mine, des villageois témoignent des effets néfastes sur leur vie au quotidien.

    Enquête complète en lien sur le Youtube de Secret d'Info

  • 8 octobre 2018

    logoo2qfb

    Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) vient de rendre un rapport qui confirme que nous nous dirigeons, à grande vitesse, vers une augmentation de 3° de la température moyenne terrestre, contre 1,5° envisagée jusqu’à présent.
    La différence est considérable ; elle implique des catastrophes humaines et environnementales irréversibles. Selon les prévisions scientifiques dans ce scénario : l’océan est partiellement mort, les céréales poussent mal, les canicules sont 5 fois plus fréquentes et l’eau potable devient une ressource limitée pour des centaines de millions de gens.

    Le Collectif Or de Question, conscient de cette réalité et de la valeur de la forêt guyanaise en tant que puits de carbone, s’oppose avec force à la volonté des élus locaux de développer l’industrie aurifère qui minent notre bilan carbone !

    En effet, déforestation et gabegie de carburants fossiles participent activement au développement des gaz à effet de serre (GES), donc au réchauffement climatique.

    Lors du Débat Publique, nous avions réclamé le calcul du bilan carbone qu’implique le projet minier Montagne d’or. Nous attendons toujours la réponse officielle… mais nos premiers calculs semblent démontrer, que ce seul projet va faire augmenter de près de 60% le bilan carbone du territoire guyanais.

    Seulement 8% de l’or extrait mondialement sert à l’industrie (électronique, spatial et médecine). Le reste se retrouve dans des coffres de banque !
    Rappelons que dans une tonne de téléphones usagés, on peut récupérer jusqu’à 200g d’or contre 1,6 gr dans une tonne de sous-sol guyanais.

    Le Collectif Or de Question dénonce encore une fois ce projet climaticide et réclame des décideurs publics l’abandon de cette industrie mortifère, et un investissement massif dans le recyclage, filière d’avenir. Nous ne laisserons plus les multinationales s’enrichir aux dépens de notre survie.
    Partageons la vidéo « IL EST ENCORE TEMPS ! » (1)

    Le Collectif Or de Question

    (1) https://www.youtube.com/watch?v=SVPcRqdoAVg&feature=youtu.be
    (1) https://ilestencoretemps.fr/

    Rapport BRGM : Le changement climatique en Guyane http://m.brgm.fr/projet/changement-climatique-guyane-impacts-potentiels-aleas-pistes-adaptation

  • Question au Gouvernement 

    Delphine Batho, Députée des Deux-Sèvres, le mardi 2 octobre 2018 à l'Assemblée nationale.

     

  • 27 septembre 2018

    logoo2qfb Logo Sauvons la foret

    Ceci n’est pas une blague ! Le président Macron a reçu à New York les titres de « champion de la terre » et « champion du climat », excusez du peu !

    En France, ses engagements en matière d’environnement ne méritent pourtant pas ses pompeux titres au regard des scandales et fausses promesses qui parsèment son mandat. Citons, par exemple, l’affaire du glyphosate et bien évidemment la Montagne d’Or !

    Et cela ne s’arrête pas là concernant la Guyane puisque le gouvernement a accordé 2 nouveaux permis de recherche exclusive (PER) à la compagnie minière junior Sudmine il y a quelques jours (1), ce qui nous fait dépasser, en « Amazonie Française » la surface record de 300.000 hectares de forêts tropicales humides sous cloche du lobby minier industriel.

    Le collectif Or de Question et Sauvons La Forêt remettent à leur tour un titre de champion au président Macron : celui du cynisme décomplexé !

    Le collectif Or de Question
    Sauvons La Forêt

    (1) http://www.mineralinfo.fr/actualites/octroi-dun-permis-exclusif-recherches-mines-dit-permis-basse-mana-guyane-societe-sudmine 

    http://www.mineralinfo.fr/actualites/octroi-dun-permis-exclusif-recherches-mines-dit-permis-kourou-guyane-societe-sudmine 

  • Dernier titre de Teko Makan : Non à la Montagne d'Or !

     

  • La Montagne d'Or est-elle une aubaine pour la Guyane ?

    Idée reçue n° 31 de Max Bird 

  • Distribution de PER à gogo en Guyane : le gouvernement joue avec le feu !

    Alors que le projet Montagne d’Or a pris du plomb dans l’aile suite au compte rendu de la Commission du Débat Public, mettant en avant le manque de transparence de la compagnie minière et ses agissements condamnables face aux populations autochtones (1), alors que 7 Guyanais sur 10 se sont exprimés contre ce projet désastreux (2), Bercy continue de distribuer les permis exclusif de recherche en Guyane (3), foulant ainsi au pied l’expression des Guyanais sur les projets miniers industriels et méprisant la volonté d’une réflexion plus globale sur l’avenir minier sur le territoire.

    Plus que jamais, le collectif Or de Question demeure déterminé contre des terres minées et fera entendre ses voix contre l’extractivisme industriel en Guyane.

    Le collectif Or de Question

    (1) https://montagnedor.debatpublic.fr/

    (2) https://www.ifop.com/publication/les-guyanais-et-le-projet-minier-de-la-montagne-dor/

    (3) http://www.mineralinfo.fr/actualites/octroi-dun-permis-exclusif-recherches-mines-dit-permis-kourou-guyane-societe-sudmine

    http://www.mineralinfo.fr/actualites/octroi-dun-permis-exclusif-recherches-mines-dit-permis-basse-mana-guyane-societe-sudmine

  • Le collectif Or de Question propose 25 filières d'emplois d'avenir en Guyane, voici nos arguments !

     

  • Le "dossier chaud" du nouveau ministre de l'écologie !

     

  • 4 septembre 2018

    logoo2qfbCommuniqué de presse

    Le collectif Or de Question, opposé aux méga projets miniers industriels en Guyane, prend note de la nomination de François de Rugy au poste de ministre de la Transition Ecologique et Solidaire.

    Le projet Montagne d’Or fait toujours polémique en Guyane et inquiète profondément la population. Nicolas Hulot avait bien compris les problématiques de ce projet démesuré et spéculatif et s’y était, à plusieurs reprises, opposé. Nous espérons que François de Rugy fera, à son tour, preuve de cohérence politique face aux enjeux tant climatiques qu’écologiques, et entendra l’avis de la population Guyanaise : 7 guyanais sur 10 sont opposés au projet Montagne d’Or (1).

    Nous signalons au nouveau ministre de la Transition Ecologique et Solidaire que notre combat n’est pas terminé car le projet Montagne d’Or est l’arbre qui cache la forêt ; derrière celui-ci, c’est l’extractivisme des multinationales que nous remettons en question.

    Enfin, hier, en partenariat avec les associations et collectifs d’hexagone, le collectif Or de Question a adressé, par voie de presse, une demande de moratoire sur l’utilisation du cyanure dans l’industrie minière (2).

    Le collectif Or de Question

  • Rassemblement militant sur le Mont Cépélou

    La Collectivité Territoriale de Guyane (CTG) ayant annulé le tranditionnel rassemblement sur la place des Palmistes à Cayenne, faute de budget selon elle, celui-ci a été organisé à l'initiative de la Fédération des Organisations Autochtones de Guyane (FOAG) sur le Mont Cépélou, haut lieu de la lutte amérindienne. Plusieurs associations amérindiennes et des militants des différents collectifs et associations, dont Or de Question, étaient présents pour exprimer leur soutien à la cause amérindienne de Guyane. Le projet Montagne d'Or a bien évidemment été abordé par les différents porte-paroles. Un nouveau pied de nez à la Compagnie Montagne d'Or et à la CTG, cette dernière persistant à ne pas entendre l'opposition des Guyanaises et Guyanais à la Montagne d'Or.

  • Or de Question reçu par le secrétaire d'état à la transition écologique

    Cayenne le 26/07/2018 - La délégation Or de Question a rencontré le secrétaire d'état Sébastien Lecornu, secrétaire d'état à la transition écologique et le Préfet de Guyane. Kady Johannes, Yvane Goua et Michel Dubouillé nous font un compte rendu de cette audience

  • Montagne d'or: Emmanuel Macron doit renoncer !

    Gabriel Serville invite Nicolas Hulot à convaincre le Président de la République à renoncer au projet de la méga mine de la Montagne d'Or (commission du développement durable du 10 juillet 2018)

  • Les risques sanitaires inacceptables liés à la géologie du gisement

    Montagnedor CA 10 Ordequestion page 001

  • Fin du débat public en Guyane sur la controversée « Montagne d’or »

    Le projet, décrié par les associations environnementales, prévoit l’exploitation à ciel ouvert d’une mine d’une superficie de 8 km2, à partir de 2022, au sud de Saint-Laurent-du-Maroni, dans la forêt tropicale, en utilisant un procédé de récupération de l’or par cyanuration. Selon ses promoteurs, il permettrait de créer 750 emplois directs et 3 000 emplois indirects, dans une région qui peine à lutter contre le chômage. Selon ses opposants, l’installation serait une catastrophe écologique. D’après un sondage réalisé en juin par IFOP pour l’organisation WWF, plus des deux tiers de la population guyanaise seraient aujourd’hui opposés au projet.

    Le Monde

     

  • Métaux lourds et impacts sanitaires

    Contribution OrdeQuestion annexeCA page 001

    A consulter en ligne ici

  • Ce projet est une aberration industrielle, économique, sociale & environnementale

    Contribution OrdeQuestion 31 page 001

  • Interviews et nouveau sondage Ifop pour WWW France

    A quelques jours de la fin du débat public sur Montagne d'Or, qui a mis en évidence les failles du projet et l’absence de retombées pour la Guyane, le WWF France révèle les résultats sans appel d’un sondage IFOP sur l’opinion des Guyanais. Ils sont 69 % à se déclarer opposés au projet.

    Accéder au sondage ici

  • Le docteur Marc Chabert évoque les impacts sanitaires que va engendrer la mine Montagne d'Or

    Audition du 16 juin 2018 à Cayenne

  • Interviews de Christophe Yanuwana Pierre, porte parole de la Jeunesse Autochtone de Guyane

    Par l'Obs

    Par Hugo Clément

     

  • Documentaire de Michel Huet

    La France bientôt responsable d'un désastre écologique et humain en Guyane. L'avenir des peuples autochtones tourne au cauchemar. Tout en 15' pour comprendre avec "Sauvons la Forêt".

  • Manifestation des citoyens opposés au projet Montagne d'Or le 18 juin 2018 à Saint-Laurent-du-Maroni, jour de la clôture du débat public sur le projet Montagne d'or

  • Masuwana Aluikawaï a interviewé des Guyanais au sujet des méga-projets miniers en Guyane. Voici leur position à Kourou !

  • Pourquoi Amandine Mawalum Galima s'oppose au projet de mine d'or en Guyane

    Une interview réalisée par Brut

    Amandine Mawalum Galima, porte parole du mouvement Jeunesse Autochtone de Guyane dit non à la Montagne d'or : discours  prononcé le 18 juin 2018, à Saint-Laurent du Maroni 

    Mesdames et messieurs,

    Je suis venue à vous en tant que porte parole du mouvement Jeunesse Autochtone de Guyane.

    Voilà plus d’un an qu’avec mes sœurs et frères nous luttons pour mettre fin à cette absurdité qu’est le projet nommé « Montagne d’or ».

    Nous avons tenté de faire valoir nos droits et notre parole, et au vu des tournures actuelles, nous avons réussi.

  • Le projet Mine d'Or qui va extraire quelques tonnes d'or au milieu de l'Amazonie risque de coûter très cher à la biodiversité

  • Nous, Peuples Premiers de Guyane, sommes engagés dans la lignée de nos ancêtres, à la défense de nos terres, de notre eau et de notre forêt.

    Rejoignez-nous, soutenez-nous pour une Guyane qui se construit dans le respect de nos différences et nos ressemblances.

  • Les Chroniques du Maroni présente une série d’interviews de citoyens, au gré de l’actualité à Saint-Laurent-du-Maroni et dans l’Ouest. Êtes-vous Pour ou Contre le projet Montagne D'Or ? Pourquoi ?

  • Les Chroniques du Maroni présente une série d’interviews de citoyens, au gré de l’actualité à Saint-Laurent-du-Maroni et dans l’Ouest. Êtes-vous Pour ou Contre le projet Montagne D'Or ? Pourquoi ?

  • Les Chroniques du Maroni présente une série d’interviews de citoyens, au gré de l’actualité à Saint-Laurent-du-Maroni et dans l’Ouest. Êtes-vous Pour ou Contre le projet Montagne D'Or ? Pourquoi ?

     

  • Masuwana Aluikawaï a interviewé des Guyanais au sujet des méga-projets miniers en Guyane. Voici leur position au Village Espérance (#2) !

     

  • Masuwana Aluikawaï a interviewé des Guyanais au sujet des méga-projets miniers en Guyane. Voici leur position à Saint Georges !

  • Masuwana Aluikawaï a interviewé des Guyanais au sujet des méga-projets miniers en Guyane. Voici leur position au Village Espérance !

  • Masuwana Aluikawaï a interviewé des Guyanais au sujet des méga-projets miniers en Guyane. Voici leur position à Macouria !

     

  • L'artiste Slickyone est contre le projet Montagne d'Or 

     

  • Le groupe de Heavy Metal Carnage dit non à la Montagne d'or et nous dédie sa dernière composition

  • Incohérence du projet de mine d’or « Montagne d’or » en Guyane avec les engagements de la France en matière d’environnement

    Fabien Gay QE Montagne d or page 001

  • An-Val dit non à la Montagne d'or et nous dédie sa dernière composition... cadeau !

  • 16 18 JUIN

    16 18 juin

     
  • Un webdoc réalisé par Le Tatou Production en mai 2018

     

  • Lambert Wilson était invité dans l'émission C a Vous le 4 juin 2018

     

  • Terreur Graphique dit non à la Montagne d'or dans Libé le 4 juin 2018

    Terreur Graphique

    Terreur graphique

     
  • Jadot à Cayenne

    Yannick Jadot

     

    Yannick Jadot en visite en Guyane du 3 au 7 juin 2018 dit non à la Montagne d'or

    Yannick Jadot, eurodéputé EELV, a tenu à rencontrer les opposants guyanais au projet Montagne d'Or. Pour lui, c'est clair, c'est Or de Question (ici avec Marie Fleury, ethnobotaniste). Nous remercions nos amis de Guyane Ecologie pour l'organisation de cette rencontre.

  • Pour Ito Waia, c'est Or de Question

  • Guyane, on brade !!!

    Voilà quelques exemples récents de permis miniers d'exploration que la DEAL Guyane vient d'accorder à des compagnies minières étrangères ou autres obscurs consortiums d'actionnaires. Plusieurs fois dans l'année, ces attributions se répètent et particulièrement durant la torpeur estivale.

    Des concessions de dizaines de milliers d'hectares de notre pays sont accordées aux foreuses avec son lot de dégradations environnementales.

    Montagne d'Or est le projet "pied dans la porte" pour lequel le peuple guyanais doit s'opposer avec force et opiniâtreté. Sinon, ces permis d'exploration deviendront autant de mega-mines aux conséquences catastrophiques pour la santé de nos enfants !

    Reportage ATV Guyane

  • Lambert Wilson, comédien, et Yannick Jadot Yannick Jadot, député européen (EELV), tirent la sonnette d’alarme sur la Guyane. 

    Wilson Jadot

     

    Le Parisien/Illustration Elène Usdin

    Dans une tribune au Parisien - Aujourd’hui en France, Yannick Jadot, député européen (EELV), et Lambert Wilson, comédien, s’engagent contre deux projets qu’ils jugent dangereux pour la Guyane. Le premier se rend sur place cette semaine, le second y accompagnait Greenpeace le mois dernier.

    La Guyane est un morceau de France sur le continent américain. Jadis, on y envoyait nos bagnards. Aujourd’hui, des merveilles de technologies aérospatiales y prennent leur envol. Pour le reste, c’est un territoire trop souvent oublié de la République. Le revenu moyen y est de moitié celui de la métropole. Le chômage deux fois plus élevé. 

    Lire la suite ici

  • Montagne d’or, un désastre écologique et un mirage économique. 
    La preuve en chiffres, grâce à WWF France

  • Planète Outre-mer poursuit ses chroniques spéciales "Montagne d'Or". Aujourd'hui, c'est le président du parc national de la Guadeloupe et vice président de l'Agence Française de la Biodiversité qui s'exprime

  • Pour les Gardiens de la Terre, c'est Or de Question

    Edition 2018 de l'Appel des Gardiens de la Terre

    Cette année, le collectif Or de Question était présent à l'Appel des Gardiens de la Terre, co-organsié par Planète Amazone et la Fondation GoodPlanet. Ce fut l'occasion d'aborder le projet Montagne d'Or auprès des organisateurs et des représentants autochtones venus de toute la planète.

  • Pour l'équipe de la série Guyane, c'est Or de Question

    Tournage de la saison 2 de la série Guyane

    L'équipe a tenu à manifester son opposition au projet Montagne d'Or